Ecoutez Radio Sputnik
    Kiev

    Un ex-ministre ukrainien explique l’impuissance de Kiev face à Nord Stream 2

    © REUTERS / Gleb Garanich
    International
    URL courte
    Gazoduc Nord Stream 2 (113)
    26741

    Un ex-ministre ukrainien de l’Énergie et du Charbon a expliqué l’incapacité de Kiev d’arrêter la construction de Nord Stream 2 par le fait que plusieurs pays européens auraient besoin du gaz russe afin de combler leur déficit énergétique. L’Ukraine peut subir des pertes majeures si ce projet est réalisé.

    Les chances de Kiev d'empêcher la réalisation du projet Nord Stream 2 diminuent, a déclaré Eduard Stavitski, ancien ministre ukrainien de l'Énergie et du Charbon, dans une interview pour la chaîne ukrainienne NewsOne.

    Selon lui, l'Europe a besoin de combler le déficit qui résulte de la diminution de l'extraction de gaz par le Royaume-Uni dans la mer du Nord et du renoncement de l'Allemagne et de la Belgique à l'énergie atomique.

    «L'Ukraine perd sa chance de tenir le coup dans cette confrontation», a-t-il déploré, en soulignant que les recettes de Kiev seraient divis »es par deux à cause de Turkish Stream et de Nord Stream 2.

    Il a également précisé qu'un tiers du gaz consommé en Europe est livré par la Russie.

    «L'année dernière la Russie a battu le record en acheminant environ 150 milliards de mètre cube [vers l'UE, ndlr]», a résumé M. Stavitski.

    Le gazoduc Nord Stream 2 traversera la mer Baltique, reliant les fournisseurs russes aux consommateurs européens sur plus de 1.200 km. Le pipeline aura une capacité de 55 milliards de mètres cubes de gaz par an. Le projet a un coût estimé à près de 10 milliards d'euros. Les partenaires de Gazprom dans le projet sont Engie, OMV, Shell et deux sociétés allemandes, BASF et Uniper.

    Dossier:
    Gazoduc Nord Stream 2 (113)

    Lire aussi:

    Steinmeier à Porochenko: «Vous ne devez pas critiquer l'Allemagne sur Nord Stream 2»
    Poutine explique en quoi le gaz russe est plus intéressant que celui des USA
    Nord Stream 2 doit être à l’abri des sanctions étrangères, selon un politicien allemand
    Tags:
    gaz, Nord Stream 2, Union européenne (UE), Kiev, Ukraine, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik