Ecoutez Radio Sputnik
    Front Polisario

    Un «prétexte» pour une rupture diplomatique? L’Iran dément les accusations du Maroc

    © AP Photo / Daniel Ochoa de Olza
    International
    URL courte
    7141

    Téhéran a qualifié de «mensongères» les accusations avancées par le Maroc concernant le soutien iranien accordé au Front Polisario. Selon l’Iran, elles servent de «prétexte» à une rupture diplomatique.

    L'Iran a démenti mercredi les accusations du Maroc, qui a annoncé la veille rompre ses relations avec Téhéran en lui reprochant d'avoir facilité une livraison d'armes au Front Polisario, selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères iranien…

    «Les remarques du ministre des Affaires étrangères marocain sur une coopération entre un diplomate iranien et le Front Polisario» sont «mensongères», est-il indiqué dans le communiqué.

    Téhéran dément «fermement» ces accusations et déplore qu'elles servent de «prétexte» à une rupture diplomatique, ajoute le ministère des Affaires étrangères iranien.

    Rabat
    © Sputnik . Natalia Seliverstova
    Les autorités iraniennes «considèrent que cette affaire est totalement dénuée de fondement», conclu le communiqué iranien.

    Le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, a annoncé mardi que l'Iran et le parti chiite libanais Hezbollah avaient accordé un soutien au Front Polisario en entraînant ses combattants et en lui fournissant des armes.

    Depuis le cessez-le-feu de 1991, le Maroc contrôle le Sahara occidental et le considère comme faisant partie intégrante du royaume. Dans le même temps, le Front Polisario, mouvement politique et armé du Sahara occidental, milite pour l'indépendance de ce territoire.

    Lire aussi:

    La Russie pourrait lancer une attaque surprise contre l’Europe, spécule Die Welt
    En Algérie, la première cause de la prolifération «inquiétante» du cancer est culinaire
    Les jus de fruits 100% naturels présentent un danger mortel, révèlent des médecins français
    Tags:
    Front Polisario, Nasser Bourita, Sahara occidental, Iran, Maroc
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik