Ecoutez Radio Sputnik
    Damas

    Frappes meurtrières de la coalition sur des civils: Damas adresse une plainte à l’Onu

    © Sputnik . Mikhail Voskresenskiy
    International
    URL courte
    15641

    Les frappes de la coalition internationale en Syrie ayant fait de nouvelles victimes civiles, Damas s’est adressé à l’Onu exigeant que le Conseil de sécurité des Nations unies remplisse ses engagements et mette fin aux «crimes de guerre» commis par la coalition.

    Suite aux frappes de la coalition internationale intervenues mardi près de la ville syrienne de Hassaké et ayant coûté, selon l’agence Sana, la vie à 25 civils, le ministère syrien des Affaires étrangères a adressé des missives à l’Onu.

    «La poursuite des assassinats massifs du peuple syrien par la "coalition internationale", qui déroge au droit international, et son soutien systématique aux terroristes restants de Daech* prouve que son seul objectif est de torpiller la souveraineté, l’unité et la sécurité de la Syrie et de faire prolonger la crise», indiquent des extraits des lettres cités par l’agence Sana.

    En s’adressant à l’Onu, la Syrie a de nouveau exigé que le Conseil de sécurité des Nations unies remplisse ses engagements et mette fin aux «crimes de guerre et crimes contre l’humanité perpétrés par la coalition» et rappelle que la présence de militaires étrangers en Syrie, notamment américains, était illégale, précise l’agence.

    Se référant à des sources locales, l’agence Sana a écrit mardi qu’au moins 25 civils avaient perdu la vie dans le village d’Al-Fadyl, dans le gouvernorat de Hassaké, dans les frappes de la coalition dirigée par les États-Unis.

    *Organisation terroriste interdite en Russie

    Lire aussi:

    Acte 19: «Si les émeutiers veulent se faire tirer dessus, c'est leur choix»
    Un dîner en ville qui passe mal
    Un prêtre poignardé en pleine messe à Montréal (vidéo)
    Tags:
    lettre, victimes, frappes, Conseil de sécurité de l'Onu, ONU, coalition anti-Daech, Hassaké, Syrie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik