Ecoutez Radio Sputnik
    S-300

    Israël cite la condition d’une frappe contre les S-300 russes s’ils sont livrés à Damas

    © Sputnik . Ramil Sitdikov
    International
    URL courte
    Livraison de S-300 russes à la Syrie (47)
    12230208

    Tel Aviv n’a pas d’objections contre la fourniture de systèmes de missiles russes S-300 à la Syrie tant qu’ils ne sont pas utilisés contre l’armée israélienne, selon le ministre de la Défense israélien.

    Israël ne s'opposera pas aux livraisons à Damas de systèmes de missiles russes S-300 et n'ouvrira un tir de riposte que si ces systèmes sont utilisés contre les forces armées israéliennes, a déclaré au quotidien russe Kommersant le ministre israélien de la Défense, Avigdor Lieberman.

    «S'ils ne sont pas dirigés contre nous, c'est une chose. Si ces systèmes S-300 tirent sur nos avions, nous répondrons impérativement», a-t-il indiqué.

    Le ministre avait dit plus ou moins la même chose le 24 avril, soulignant que la Russie et Israël n'étaient pas intéressés à entrer en confrontation et que Tel Aviv ne cherchait pas à tendre ses relations avec Moscou.

    L'éventuelle fourniture de S-300 à Damas a été évoquée par l'état-major général russe après un tir de missiles massif mené contre la Syrie par une coalition tripartite occidentale des États-Unis, de la France et du Royaume-Uni dans la nuit du 13 au 14 avril. Le bombardement a été mené suite à une attaque chimique qui aurait été perpétrée le 7 avril à Douma, près de Damas, selon les pays occidentaux.

    Un accord ad hoc avec la Syrie portant sur des S-300 avait été conclu en 2010 mais avait été par la suite gelé à la demande des pays occidentaux et d'Israël.

    Dossier:
    Livraison de S-300 russes à la Syrie (47)

    Lire aussi:

    La livraison de S-300 à la Syrie vue d’un mauvais œil par Israël
    Quand l’idée de voir des S-300 en Syrie donne des sueurs froides à Israël
    S-300 pour Damas, pierre d'achoppement entre Moscou et Israël
    Tags:
    S-300, Avigdor Liberman, Israël, Syrie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik