International
URL courte
10482
S'abonner

L’Iran ne renégociera pas l’accord de Vienne sur son programme nucléaire, a affirmé le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif. Par ailleurs, le conseiller iranien du Guide suprême pour les affaires internationales a annoncé que Téhéran serait prêt à quitter l’accord si les États-Unis s’en retirent.

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif a annoncé ce lundi que l'Iran ne renégociera pas l'accord de Vienne, conclu en juillet 2015, sur son programme nucléaire.

De son côté, Ali Akbar Velayati, conseiller du Guide suprême pour les affaires internationales, a annoncé quelle sera la réponse de Téhéran si les États-Unis se retirent de l'accord en question.

«Si les États-Unis se retirent de l'accord nucléaire, nous n'y resterons pas non plus», a-t-il annoncé, cité par le site de la télévision d'État.

Depuis son arrivée à la Maison-Blanche en janvier 2017, Donald Trump menace de se retirer de l'accord conclu en juillet 2015 entre la République islamique et le Groupe 5+1 (Chine, États-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie et Allemagne). Le dirigeant américain qualifie le texte obtenu après de longues négociations à Vienne de «pire accord» jamais approuvé par son pays. Il a fixé le 12 mai comme date limite pour s'entendre avec la France, l'Allemagne et le Royaume-Uni sur la «correction» de l'accord nucléaire afin d'«éviter la sortie des États-Unis» du Plan global d'action conjoint (JCPOA).

Le Président français a annoncé à l'issue de négociations avec Donald Trump à Washington, que Paris était prêt à travailler de concert sur un nouveau texte de ce document. Pour Emmanuel Macron, les quatre piliers de futur accord sont les suivants: «s'assurer qu'il n'y ait pas d'activité nucléaire iranienne à long terme», soit après 2025, maintenir l'interdiction d'enrichissement de l'uranium, «mettre fin aux activités balistiques de l'Iran dans la région» et «générer les conditions d'une solution politique qui contiendrait l'Iran dans la région, au Yémen, en Syrie, en Irak et au Liban».

Le Plan global d'action conjoint (JCPOA) est un accord signé à Vienne, en Autriche, le 14 juillet 2015, par les huit parties suivantes: les pays du P5+1: les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies (les États-Unis, la Russie, la Chine, la France, le Royaume-Uni) et l'Allemagne, ainsi que l'Union européenne et la République islamique d'Iran.

Lire aussi:

Une fête d’anniversaire se transforme en rixe «d’une rare violence» à Marseille
Un photo-journaliste de 65 ans violemment agressé à Reims, son pronostic vital engagé
Biden explique pourquoi il a ordonné des frappes en Syrie
Les quatre maladies qui risquent de provoquer une forme grave du Covid-19 citées par la science
Tags:
Plan global d'action conjoint (JCPOA), accord, politique, programme nucléaire iranien, négociations, Ali Akbar Velayati, Donald Trump, Mohammad Javad Zarif, Iran, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook