Ecoutez Radio Sputnik
    Manneken Pis. Image d'illustration

    Aux USA, un militaire néo-zélandais haut gradé accusé de filmer aux toilettes

    CC BY 2.0 / Francisco Antunes / Manneken Pis
    International
    URL courte
    104

    Une caméra cachée a été découverte dans l’une des toilettes de l’ambassade néo-zélandaise à Washington, aux États-Unis, qui filmait des personnes à leur insu. L’attaché militaire néo-zélandais Alfred Keating se trouve actuellement dans le viseur des enquêteurs.

    L'attaché militaire néo-zélandais aux États-Unis, Alfred Keating, est accusé d'avoir installé une caméra cachée dans l'une des toilettes de l'ambassade néo-zélandaise à Washington, annonce le journal New Zealand Herald.

    La caméra cachée a été découverte en juillet dernier. Des policiers néo-zélandais se sont rendus aux États-Unis spécifiquement pour enquêter sur cet incident et, suite à leur enquête, le commodore de la Marine Alfred Keating, 58 ans, a été accusé d'attentat à la pudeur.

    Le commodore Keating a déjà démissionné et est rentré en Nouvelle-Zélande. Devant le tribunal, l'ancien diplomate a demandé à ce que son nom ne soit pas divulgué au cours du procès, mais le juge a refusé d'accéder à sa requête.

    Selon les documents judiciaires, l'analyse a révélé que quelqu'un avait activé l'appareil vers 9 heures du matin le 27 juillet 2017. La caméra a filmé 19 personnes utilisant les toilettes sur une durée de cinq heures.

    Le journal précise que le militaire représentait la diplomatie néo-zélandaise sur les questions de défense avec ses homologues américains.

    L'attaché risque désormais jusqu'à un an et demi an d'emprisonnement.

    Lire aussi:

    Bataille pour «Lose Yourself»: un parti néo-zélandais perd contre Eminem
    Le job avec un salaire de 242.000 EUR et 3 mois de vacances que personne ne veut
    À qui est le drapeau? La Nouvelle-Zélande accuse l'Australie de plagiat
    Tags:
    caméra cachée, toilettes, Nouvelle-Zélande, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik