Ecoutez Radio Sputnik
    La police britannique près de la maison des Skripal à Salisbury

    OIAC: à la différence du «Novitchok», l'agent de Salisbury était résistant à la météo

    © REUTERS / Hannah McKay
    International
    URL courte
    Enquête sur l’empoisonnement de Sergueï Skripal (90)
    4160

    Selon l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), l'agent innervant utilisé à Salisbury pour empoisonner Serguei et Ioulia Skripal était résistant aux conditions météo, une caractéristique qui le rend différent du «Novitchok».

    Parmi les caractéristiques principales de l'agent toxique utilisé dans l'empoisonnement des Skripal, l'OIAC a détecté une résistance aux conditions météorologiques, à la différence de la substance souvent appelée «Novitchok».

    «L'analyse des échantillons, récoltés par l'équipe d'inspecteurs techniques, a démontré que la substance chimique découverte était caractérisée par une extrême pureté, résistance et n'est pas vulnérable aux conditions météorologiques», a déclaré le service de presse de l'OIAC dans un communiqué.

    En même temps, la quantité de la substance chimique de Salisbury reste difficile à déterminer:

    «L'OIAC est incapable d'évaluer et de déterminer la quantité de l'agent innervant qui a été utilisée à Salisbury le 4 mars 2018. Vraisemblablement, sa quantité doit être évaluée en milligrammes», est-il dit dans le document.

    Auparavant, Léonide Rink, l'un des créateurs de l'agent «Novitchok» classifié sous le nom A-234, a affirmé à Sputnik que le rapport de l'OIAC sur l'incident de Salisbury, qui avait relevé le «haut degré de pureté» de la substance, a attesté alors du fait que ce n'était pas l'agent «Novitchok» à l'origine de l'empoisonnement.

    Selon lui, si le Novitchok avait été utilisé afin d'empoisonner les Skripal, les experts de l'OIAC auraient retrouvé différents composants qui, au fil du temps, se décomposent en éléments non-toxiques. Dans ce cas-là, ils n'auraient pas pu arriver à la conclusion que Sergueï Skripal et sa fille Ioulia ont été empoisonnés par un agent toxique.

    Le 4 mars dernier, Sergueï Skripal et sa fille Ioulia ont été retrouvés inconscients aux abords d'un centre commercial de Salisbury. Une semaine plus tard, la Première ministre britannique, Theresa May, a accusé la Russie d'être derrière l'empoisonnement des Skripal, sans toutefois présenter de preuves pour appuyer ses allégations, avant d'expulser 23 diplomates russes du Royaume-Uni.

    D'après le Royaume-Uni, l'agent innervant utilisé A-234 aurait été fabriqué en Russie. Moscou a toujours démenti les allégations de Londres. Début avril, les chercheurs du laboratoire britannique de Porton Down ont reconnu ne pas être en mesure d'établir le pays d'où provenait l'agent innervant utilisé dans cette tentative d'assassinat. Le gouvernement russe a demandé à Londres à plusieurs reprises de lui permettre de participer à cette enquête.

    Dossier:
    Enquête sur l’empoisonnement de Sergueï Skripal (90)

    Lire aussi:

    Le rapport de l’OIAC prouverait l’«innocence» du Novitchok, selon un créateur de cet agent
    Zakharova parle d’«un grenouillage britannique» autour des Skripal
    L’OIAC a déterminé l’agent neurotoxique utilisé pour empoisonner les Skripal
    Tags:
    agent toxique, résistance, empoisonnement, analyse, échantillons, météo, A234, OIAC, Ioulia Skripal, Sergueï Skripal, Salisbury, Royaume-Uni, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik