Ecoutez Radio Sputnik
    Pristina

    Moscou blâme Washington pour son aide au Kosovo à créer une armée

    © Sputnik . Natalya Grebenuk
    International
    URL courte
    3820

    Le fait que les Américains aident le Kosovo à former une armée à part entière est une violation des résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies, a souligné la porte-parole de la diplomatie russe.

    Les États-Unis accordent une assistance au Kosovo dans la création d'une armée à part entière, ce qui viole le droit international et est irresponsable pour la sécurité dans la région, a déclaré vendredi la porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova.

    «Selon certaines informations, les contingents américain et turc faisant partie des forces au Kosovo accordent une assistance aux autorités de Pristina dans la création d'une armée à part entière, en utilisant la base militaire Bondsteel [de l'Otan], en violation du mandat prévu par la résolution 1244 [du Conseil de sécurité des Nations unies]», a-t-elle indiqué.

    La création d'une armée du Kosovo viole le droit international et va à l'encontre de la résolution 1244 du Conseil de sécurité de l'Onu, a réitéré la diplomate. «Le document ne prévoit qu'une présence militaire conformément au mandat du Conseil de sécurité des Nations unies», a-t-elle ajouté.

    En outre, une telle démarche serait particulièrement irresponsable du point de vue de la sécurité dans la région et sur le continent européen en général, selon Moscou.

    Le Président de la république autoproclamée du Kosovo, Hashim Thaçi, avait exposé ses plans de créer une armée à part entière en coopération avec l'Otan et les États-Unis.

    Lire aussi:

    J’ai vu des femmes violées à Pristina: Kouchner prend la parole après 19 ans de silence
    Économiste allemand: le Kosovo, «zone aveugle» de l’Europe
    10 ans d'indépendance du Kosovo: nos attentes «étaient beaucoup plus élevées»
    Tags:
    armée, Maria Zakharova, États-Unis, Russie, Kosovo
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik