Ecoutez Radio Sputnik
    Une image de George Bush et une chaussure lors d'une manifestation à Amman

    Le journaliste qui a jeté ses chaussures contre Bush se lance en politique

    © AFP 2018 AWAD AWAD
    International
    URL courte
    290

    En 2008, cet Irakien s’est fait connaître dans le monde entier en ciblant le Président américain George Bush avec sa paire de chaussures. Dix ans plus tard, il s’est présenté pour les législatives irakiennes du 12 mai prochain.

    C'est une scène qui a fait l'histoire. Son lancé de chaussures contre Georges W. Bush en 2008 lui avait valu la célébrité et, tout aussi précipitamment, une condamnation à 9 mois de prison. Une décennie plus tard, le journaliste Muntadhar al-Zaïdi ne renonce pas au combat politique: il compte devenir député du Parlement irakien.

    Il mène actuellement une campagne législative sous la bannière d'une coalition anti-corruption.

    La fameuse scène du lancé de chaussures avait pour but de manifester le «rejet des mensonges de Bush, son occupation et pillage du pays, l'assassinat de [son] peuple», avait alors expliqué l'homme. À l'époque, il avait terminé en prison pour «attaque contre un chef d'État en visite officielle». Libéré en 2009, il avait quitté le pays avant d'y revenir en 2011.

    Ses chaussures sont devenues le symbole de la lutte contre l'occupation militaire américaine en Irak: des chaussures ont été brandies lors de manifestations contre l'occupation israélienne à Gaza, et une chaussure géante en bronze a même été érigée en statue à Tikrit, en Irak, avant d'être démontée par les autorités.

    Les législatives irakiennes pour élire les 329 membres du Parlement sont prévues pour le 12 mai prochain. 

    Lire aussi:

    Israël privé de «bon sens»? Le Web outré par le dessert servi à Abe dans une chaussure
    La première statue de Melania Trump bientôt érigée en Bosnie-Herzégovine
    Mauvaise blague? Le Premier ministre japonais a dû manger dans une chaussure en Israël
    Tags:
    chaussures, George Bush, Irak, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik