International
URL courte
9163
S'abonner

Après la décision de Rabat de rompre ses relations diplomatiques avec l’Iran, la Ligue des États arabes a déclaré être solidaire du Maroc et ce, à un moment crucial où se décide le sort de l’accord sur le nucléaire iranien. Ce qui n’est pas un hasard, a déclaré à Sputnik l’académicien égyptien Mohamed Noureddine, expert de l’Iran.

La Ligue des États arabes (LEA) a soutenu la décision du Maroc sur la rupture de ses relations diplomatiques avec Téhéran au moment où se joue le sort de l'accord sur le nucléaire iranien. C'est le résultat de la politique des États-Unis, d'Israël et de l'Arabie saoudite, a indiqué à Sputnik un expert de l'Iran, l'académicien égyptien Mohamed Noureddine, pour qui c'est loin d'être un hasard.

«C'est le 12 mai que le Président américain prendra sa décision sur l'accord nucléaire avec l'Iran: s'il faut le proroger, s'en retirer ou ajouter de nouveaux points au document existant. Aujourd'hui, les ennemis de l'Iran font tout pour le placer dans une situation au maximum difficile et le contraindre à accepter des conditions désavantageuses», a-t-il souligné.

Il a précisé que ces conditions concernaient notamment la position de l'Iran à l'égard du mouvement houthi yéménite Ansar Allah. Ainsi, les États-Unis et l'Arabie saoudite veulent que l'Iran cesser d'accorder son soutien aux Houthis et renonce complètement à la présence en Syrie, a-t-il poursuivi.

Au cours de ces dernières années, l'Iran a réussi à bâtir de solides relations économiques et politiques avec de nombreux pays qui ne sont pas prêts à suivre les traces des États-Unis dans leur politique agressive à l'égard de l'Iran, ce qui pourrait nuire à leurs intérêts, a expliqué Mohamed Noureddine. Les pays de la région ont plutôt intérêt à soutenir l'Iran parce qu'ensemble il est plus facile de faire face à l'agression occidentale dans la région, a-t-il noté.

Le 1er mai, le Maroc a annoncé rompre ses relations avec Téhéran, reprochant au Hezbollah, allié de Téhéran, d'accorder un soutien militaire au Front Polisario. Téhéran a «fermement» démenti ces accusations et a déploré qu'elles aient servi de «prétexte» à une rupture diplomatique.

Depuis le cessez-le-feu de 1991, le Maroc contrôle le Sahara occidental et le considère comme faisant partie intégrante du royaume. Dans le même temps, le Front Polisario, mouvement politique et armé du Sahara occidental, milite pour l'indépendance de ce territoire.

Lire aussi:

«Folie furieuse de Macron», «idéologie des eurodingos»: bientôt un impôt européen?
Plus de 20.000 manifestants pour réclamer justice pour Adama, des gaz lacrymogènes tirés
Un homme tabassé après avoir chassé des manifestants avec une machette aux USA – vidéo choc
Camélia Jordana intervient et perturbe un contrôle de police en plein Paris
Tags:
relations diplomatiques, programme nucléaire iranien, Front Polisario, Ligue arabe, Ansarullah, Sputnik, Hezbollah, Sahara occidental, Téhéran, Rabat, Maroc, Arabie Saoudite, Iran, Israël, Syrie, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook