Ecoutez Radio Sputnik
    Attentats du 11 septembre aux USA

    L’Iran devrait indemniser les victimes du 11/09. Un «braquage par la justice US»

    © AP Photo / Chao Soi Cheong
    International
    URL courte
    Attaques du 11 septembre 2001 aux USA (35)
    26156

    À l’issue d’un procès tenu en l’absence de l’Iran, un juge américain a ordonné à Téhéran de payer des milliards de dollars aux familles des victimes du 11 septembre. Pourtant, aucun des auteurs de ces attentats n’était un citoyen iranien et aucune enquête n’a jamais trouvé de lien avec l’Iran. Sputnik s’en est entretenu avec un juriste iranien.

    Un juge du district de New York, George Daniels, a stipulé que l'Iran, la Banque centrale de ce pays et le Corps des gardiens de la Révolution islamique étaient responsables de la mort de plus de 1.000 personnes lors des attentats du 11 septembre, jugement parfaitement illégal au regard du droit international, a déclaré à Sputnik Amir Hossein Nourbakhsh, secrétaire général de la campagne internationale «Le monde contre la violence et l'extrémisme» pour l'Iran.

    «Cette décision ressemble plutôt à un projet politiquement engagé. Qui plus est, un tel procès est tout simplement inacceptable. En effet, ces attentats ont été perpétrés sur le territoire américain et se classent dans la catégorie des crimes internationaux. Par conséquent, ils doivent être examinés seulement par la Cour pénale internationale (CPI), mais les États-Unis ne se sont pas adressés à celle-ci», a rappelé l'interlocuteur de l'agence.

    Et d'ajouter que l'Iran devrait avoir le droit de défendre ses intérêts devant la justice, ce qui n'a pas été le cas. Par conséquent, le principe de présomption d'innocence a été violé.

    15 des auteurs des attentats du 11 septembre étaient des sujets d'Arabie saoudite, deux étaient des Émirats arabes unis, un d'Égypte et un du Liban. Cependant, la poursuite engagée aux États-Unis, à l'origine en 2004, continuait d'affirmer que l'Iran a aidé la nébuleuse terroriste Al-Qaïda*, et que Téhéran a soutenu les pirates de l'air et leur a fourni une formation et une aide financière.

    «Cette organisation terroriste [Al-Qaïda*, ndlr] s'est plus d'une fois déclarée hostile à l'Iran, en le menaçant. C'est pourquoi il n'y a même pas là de corps du délit», a relevé l'homme de droit.

    Selon ce dernier, cette décision du juge fédéral américain est à la fois purement politique et inapplicable.

    «Elle vise à s'emparer pour toujours des actifs iraniens gelés illégalement depuis plusieurs années sur différents comptes aux États-Unis. […] Si cela arrive, ce sera, au regard du droit international, un braquage de l'Iran par la Justice des États-Unis. Et l'Iran ne s'y résignera pas», a prévenu l'interlocuteur de Sputnik.

    Selon les observateurs, les Américains pourraient potentiellement récupérer une somme de plusieurs milliards de dollars d'actifs iraniens qui ont été gelés aux États-Unis et en Europe au fil des années, mais cela est toutefois improbable, l'Iran ayant été condamné sans preuves aux États-Unis.

    *Organisation terroriste interdite en Russie

    Dossier:
    Attaques du 11 septembre 2001 aux USA (35)

    Lire aussi:

    Crimes d’Al-Qaïda: la CIA décide d’en rendre responsable l’Iran
    «Les USA et Israël ont déclenché de fait une guerre sur deux fronts contre l’Iran»
    Nucléaire iranien: un «moment de vérité» pour la diplomatie française et européenne?
    Tags:
    juges, justice, terrorisme, attentat, attentats du 11 septembre 2001, Corps des Gardiens de la révolution islamique, Cour pénale internationale (CPI), Al-Qaïda, Sputnik, Amir Hossein Nourbakhsh, Émirats Arabes Unis, Egypte, Liban, New York, Arabie Saoudite, Iran, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik