Ecoutez Radio Sputnik
    Moscou

    Moscou ne rejette pas une proposition française sur un nouvel accord nucléaire avec l’Iran

    © Sputnik . Grigory Sysoev
    International
    URL courte
    21446

    La Russie est prête à examiner la proposition de la France concernant un nouvel accord nucléaire iranien, a déclaré mardi le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Ryabkov.

    La Russie n'est pas hostile aux propositions sur un accord nucléaire iranien qu’Emmanuel Macron a évoqué lors de sa rencontre avec Donald Trump à Washington, a déclaré Sergueï Ryabkov dans une interview accordée à la chaîne russe RBK.

    «Nous avons reçu des informations des Français sur des proposition concrètes de leur part. La question est de développer un nouvel accord qui permettrait de résoudre les problèmes sur différents aspects du comportement de l'Iran. Cette proposition mérite d'être examinée et nous n’y sommes pas hostiles», a-t-il déclaré.

    «Si nous suivons la logique du Président français, l'accord de Vienne sur le nucléaire iranien devrait rester en vigueur, mais il faut avoir des négociations sur l'avenir de l’accord après 2025, le programme de missiles et la politique régionale de l'Iran. Tout cela est en cours de discussion et c'est un élément du désir du côté français de maintenir l’accord», a ajouté le diplomate.

    Cependant, il a souligné que «les auteurs de ces propositions devraient apporter des solutions et des formats concrets pour ce dialogue».

    «Jusqu'à présent, nous n'avons rien reçu qui aille dans ce sens», a indiqué le vice-ministre avant d’ajouter qu’il ne faut pas «casser ce qui fonctionne».

    Le Président français a annoncé à l'issue de négociations avec Donald Trump à Washington, que Paris était prêt à travailler de concert sur un nouveau texte de ce document. Pour Emmanuel Macron, les quatre piliers de futur accord sont les suivants: «s'assurer qu'il n'y ait pas d'activité nucléaire iranienne à long terme», soit après 2025, maintenir l'interdiction d'enrichissement de l'uranium, «mettre fin aux activités balistiques de l'Iran dans la région» et «générer les conditions d'une solution politique qui contiendrait l'Iran dans la région, au Yémen, en Syrie, en Irak et au Liban».

    Le Plan global d'action conjoint (JCPOA) est un accord signé à Vienne, en Autriche, le 14 juillet 2015, par les huit parties suivantes: les pays du P5+1: les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies (les États-Unis, la Russie, la Chine, la France, le Royaume-Uni) et l'Allemagne, ainsi que l'Union européenne et la République islamique d'Iran.

    Lire aussi:

    Téhéran explique ce qu’il fera si les USA se retirent de l’accord nucléaire
    Le Kremlin réagit à l’idée de Macron au sujet d’un nouvel accord sur le nucléaire iranien
    Déclarations de Trump et Macron au sujet de l'accord avec l'Iran: la Russie réagit
    Tags:
    Plan global d'action conjoint (JCPOA), Sergueï Riabkov, Iran, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik