Ecoutez Radio Sputnik
    Guérir le fanatisme chez les habitants de la Ghouta orientale

    Psychologues syriens: guérir le fanatisme chez les habitants de la Ghouta (photos)

    © Sputnik . Nada Ajeeb
    International
    URL courte
    290

    Les habitants de la Ghouta orientale sont sortis physiquement de leur captivité par les terroristes, mais ne peuvent pas le faire psychologiquement. Ils ont par conséquent besoin d’une rééducation spéciale, ont déclaré à Sputnik des psychologues syriens qui ont travaillé dans des camps pour réfugiés dans cette région.

    Bien des personnes se trouvent toujours en état de «fanatisme», ce qui complique beaucoup leur réhabilitation et leur retour à une vie pacifique normale, a indiqué à Sputnik une psychologue de ce groupe.

    Guérir le fanatisme chez les habitants de la Ghouta
    © Sputnik . Nada Ajeeb
    Guérir le fanatisme chez les habitants de la Ghouta

    «Une famille est sortie de la Ghouta orientale. J'ai demandé au mari de me permettre de parler avec sa femme en tête-à-tête. J'ai voulu lui demandé si elle avait été soumise à une violence sexuelle, mais l'homme s'est mis à crier et à m'accuser de vouloir lui imposer des convictions politiques et religieuses qui leur étaient parfaitement étrangères», a raconté l'interlocutrice de l'agence.

    Selon Sana Mansha, membre du groupe de psychologues syriens qui ont travaillé avec les réfugiés de la Ghouta orientale, les personnes qui ont été soumises au fanatisme essaient de cacher leurs convictions, mais une transpiration et une respiration haletante les trahissent.

    «Ces gens souffrent d'insomnie, sont suspicieux et manquent souvent d'initiative et de motivation pour s'engager dans une vie normale de tous les jours», a poursuivi Mme Mansha.

    Guérir le fanatisme chez les habitants de la Ghouta
    © Sputnik . Nada Ajeeb
    Guérir le fanatisme chez les habitants de la Ghouta

    Et d'ajouter que les enfants auxquels on a appris à manier des armes se distinguent de ceux qui sont tout simplement effrayés par les explosions et les horreurs vécues.

    «Les enfants expriment leurs pensées dans des jeux et des dessins. Il suffit d'observer ce qu'ils font pour comprendre ce qu'ils ont vécu», a relevé la spécialiste.

    Elle a appelé à faire très attention au comportement de ces enfants pour leur épargner d'éventuels problèmes à l'avenir.

    Lire aussi:

    «Encore un peu et la Ghouta orientale s'engagera sur la voie d'Alep»
    Ghouta: «La 1e chose qu’ils ont faite, c’est d’installer prisons et chambres de torture»
    Défense russe: une cinquantaine de civils ont réussi à quitter la Ghouta orientale
    Tags:
    violences, insomnie, enfants, psychologue, fanatisme, terrorisme, Sputnik, Sana Mansha, Ghouta orientale, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik