Ecoutez Radio Sputnik
    Rencontre entre le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un et le Président sud-coréen Moon Jae-in

    Séoul cherche à améliorer ses relations avec Pékin à l’aide de Pyongyang

    © REUTERS / Host Broadcaster
    International
    URL courte
    6210

    Lors d’une rencontre personnelle le 27 avril, le Président sud-coréen Moon Jae-in a remis au dirigeant nord-coréen un projet de nouvelle carte économique de la péninsule de Corée, dont la réalisation impliquerait la Chine et la Russie. Des experts chinois et russe décryptent cette initiative de Séoul pour Sputnik.

    La mise en œuvre de cette initiative permettra à la Chine d'étendre son projet de nouvelle route de la soie à l'est, a estimé dans un entretien accordé à Sputnik le directeur du Centre de l'Asie du Nord-Est de l'Université de Jilin Ba Dianjun.

    «C'est incontestablement une très bonne nouvelle pour les deux Corées, ainsi que pour les pays limitrophes dans le Nord-Est asiatique», a déclaré l'interlocuteur de l'agence.

    Et d'expliquer que cela rendrait possible la réconciliation sur la péninsule de Corée grâce notamment à la coopération économique et à l'interdépendance du Nord et du Sud.

    «L'approfondissement de la coopération économique renforcera l'intégration entre le Nord et le Sud. […] Somme toute, les objectifs du développement des deux Corées coïncident», a relevé M.Ba.

    Et d'ajouter que de nouvelles possibilités seraient aussi ouvertes pour la coopération économique de la Chine avec la péninsule de Corée.

    «Les marchés de la Chine et des deux Corées, des nouvelles technologies, l'échange de main-d'œuvre et la haute complémentarité réciproque vont propulser le projet chinois la Ceinture et la Route à un tout autre niveau. […] Je pense que les pays limitrophes ne pourraient que saluer eux aussi ces belles perspectives, et si les États-Unis aspirent effectivement à la paix sur la péninsule de Corée, cela aura également un effet positif pour leurs intérêts économiques», a résumé le Chinois.

    Un autre interlocuteur de Sputnik, Alexandre Vorontsov, de l'Institut d'études orientales de l'Académie des sciences de Russie, a apprécié pour sa part le fait que Séoul misait sur Pékin pour l'intégration sur la péninsule.

    «Par ailleurs, l'intégration régionale proposée par Séoul entendait octroyer à Pyongyang un statut de partenaire à part entière», a indiqué l'expert.

    Et de souligner que les États-Unis devraient revoir leur attitude envers la Corée du Nord et renoncer à la qualifier de pays voyou.

    «Moon Jae-in s'applique à améliorer les relations avec la Chine qui est la locomotive économique de la région, et le projet de lier la Corée du Sud à la Chine par un chemin de fer à travers la Corée du Nord est économiquement très rentable pour Séoul, comme d'ailleurs pour Pékin, vu son projet la Ceinture et la Route», a résumé M.Vorontsov.

    La presse internationale a été unanime à saluer le sommet entre le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un et le Président sud-coréen Moon Jae-in, en le qualifiant de «rencontre historique» qui ouvrait «une nouvelle ère» dans la péninsule de Corée.

    Lire aussi:

    Nouveau président en Corée du Sud: à quels changements la Russie doit-elle s'attendre?
    Séoul est-il prêt à une éventuelle attaque américaine sur la Corée du Nord?
    La sœur de Kim Jong-un «serait une personne idéale» pour s’entretenir avec les USA
    Tags:
    perspective, intégration, réconciliation, relations, coopération, Centre de l'Asie du Nord-Est de l'Université de Jilin, Institut d'études orientales de l'Académie des sciences de Russie, Sputnik, Moon Jae-in, Kim Jong-un, Alexandre Vorontsov, Ba Dianjun, Asie du Nord-Est, Péninsule de Corée, Chine, Russie, États-Unis, Séoul, Pyongyang, Corée du Sud, Corée du Nord
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik