International
URL courte
12434
S'abonner

En recevant en Allemagne le prix Charlemagne recommençant «sa vision forte pour une nouvelle Europe», Emmanuel Macron a prôné la «souveraineté» européenne. «Vous la trahissez en permanence», ont réagi des internautes dans la foulée.

Emmanuel Macron a évoqué la «souveraineté» de l'Europe lors de son discours qu'il a prononcé en recevant le prix Charlemagne des mains d'Angela Merkel ce jeudi à Aix-la-Chapelle en Allemagne.

«Ne soyons pas faible, ne subissons pas», a indiqué le Président français, qui a plaidé pour une "souveraineté européenne […] qui doit nous conduire à faire de l'Europe une puissance géopolitique, commerciale, climatique, économique, alimentaire, diplomatique propre».

Les utilisateurs des réseaux sociaux n'ont pas pu laisser passer cette déclaration sans faire de commentaires. La plupart d'entre eux se sont avérés plutôt sarcastiques à l'égard de ses propos.

«Le premier principe est la souveraineté nationale. Vous la trahissez en permanence. Le peuple s'en souviendra», ont-ils fait remarquer.

​D'après certains internautes, le concept de «souveraineté européenne», «obsessionnel chez Macron», est en fait «d'une dangerosité»

​D'autres ont souligné qu'il n'a pas tenu les promesses qu'il avait faites lors de sa campagne présidentielle en 2017, à savoir de faire une Europe «plus efficace, plus démocratique, plus politique» appelée à devenir «l'instrument de notre puissance et de notre souveraineté».

Il y a eu des internautes qui se sont montrés fiers d'un tel discours.

​Le 10 mai la chancelière allemande a remis personnellement à Emmanuel Macron le prix Charlemagne et a prononcé un discours où elle a estimé que l'Europe ne pouvait plus compter sur les États-Unis pour la «protéger» en toute circonstance.

Les propos d'Angela Merkel font écho à la récente déclaration du président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, qui a indiqué que les États-Unis, comme acteur international, ont perdu leur vigueur, et à cause de cela, leur influence à long terme».

Donald Trump a annoncé mardi qu'il retirait son pays de l'accord signé à Vienne en juillet 2015, provoquant une vive réaction parmi ses alliés européens.

Washington a promis de rétablir l'intégralité des sanctions levées, mais a aussi annoncé la mise en place de sanctions encore plus sévères.

Lire aussi:

Moscou publie sa liste des «pays inamicaux» et explique les mesures qui les attendent
La Chine met-elle sur pied une invincible armada? - vidéo
Une adolescente de 17 ans tuée à coups de couteau dans le Val-de-Marne
Trois roquettes tirées en direction d'Israël depuis le territoire syrien
Tags:
souveraineté, Donald Trump, Emmanuel Macron, Angela Merkel, Europe, France, Allemagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook