Ecoutez Radio Sputnik
    Un avion militaire israélien

    L’Iran accuse Israël d’inventer de «faux prétextes» afin de bombarder la Syrie

    © AFP 2018 Jack Guez
    International
    URL courte
    7450

    Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Bahram Qasemi, a déclaré que les frappes israéliennes contre la Syrie avaient été lancées sous de «faux prétextes».

    Vendredi matin, le porte-parole de la diplomatie iranienne Bahram Qasemi a condamné les bombardements menés par l'aviation israélienne contre des sites en Syrie. 

    «Les attaques répétées du régime sioniste sur le territoire syrien ont été menées sous des prétextes inventés par eux-mêmes et sans fondement», a-t-il déclaré, cité par l'agence de presse ISNA.    

    De plus, le porte-parole de la diplomatie a reproché à la communauté internationale de laisser l'État hébreu agir à sa guise.

    L'armée israélienne a annoncé jeudi à l'aube avoir frappé des «dizaines de cibles militaires iraniennes» en Syrie. Dans un communiqué, les militaires ont affirmé que l'attaque était une riposte aux «roquettes iraniennes» tirées peu après minuit (21H00 GMT mercredi) sur la partie du Golan occupée par Israël. Le porte-parole de l'armée, Jonathan Conricus, a précisé qu'Israël avait informé la Russie de ses intentions. Le responsable a également dit que son pays «ne cherchait pas l'escalade».

    Selon le ministère russe de la Défense, l'armée israélienne a utilisé 28 avions et tiré 70 missiles contre les infrastructures iraniennes en Syrie. La moitié des missiles avaient été détruits par la défense antiaérienne syrienne, a ajouté le ministère.

    Lire aussi:

    Iran: le silence de la communauté internationale encourage Israël à frapper la Syrie
    Un dirigeant religieux iranien menace de «raser Tel Aviv et Haïfa de la Terre»
    Frappes israéliennes contre la Syrie: Damas évoque une nouvelle étape de l’«agression»
    Tags:
    prétexte, frappe aérienne, Iran, Israël, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik