International
URL courte
6450
S'abonner

Le manque de près de 20 milliards de livres sterling, découvert par des députés britanniques, menace la réalisation du vaste programme de modernisation des forces armées du Royaume-Uni.

Les projets du ministère britannique de la Défense de modernisation des forces armées risquent d'avoir du plomb dans l'aile à cause du manque de moyens, indique The Independent se référant à un rapport de la Chambre des communes du Royaume-Uni.

Conformément aux plans de la Défense britannique, sur 10 ans, Londres devrait dépenser près de 180 milliards de livres sterling (204 milliards d'euros) en armements. Ce programme prévoit la création d'une nouvelle génération de sous-marins et de frégates et des achats de chasseurs de cinquième génération F-35.

Toutefois, des députes du comité des comptes publics ont découvert que le ministère ne disposait pas assez d'argent pour réaliser ces projets. Cela étant, le déficit pourrait atteindre plus de 20 milliards de livres (23 milliards d'euros).

Meg Hillier du Parti travailliste, présidente du Comité, a accusé les militaires d'avoir perdu le contrôle de leurs dépenses et a souligné que le gouvernement avait omis de travailler de manière transparente.

«La responsabilité du ministère de la Défense sur la sécurité nationale détermine son rôle unique et crucial dans le secteur public, mais cela n'excuse pas le manque de rigueur dans ses affaires financières», a constaté Mme Hillier.

Lire aussi:

Moins de 24h après sa nomination, #CastexDemission déjà top tendance sur Twitter
Cet aliment contribuerait au vieillissement des artères et à l’apparition de maladies cardiaques
Un colistier du nouveau maire de Saint-Ouen tente d’échapper à un contrôle sur un scooter volé
Didier Raoult répond à l’AP-HP qui l’avait accusé de «faux témoignage»
Tags:
frégate, sous-marins, armements, dépenses, dépenses militaires, budget militaire, députés, F-35 Lightning II, ministère britannique de la Défense, parlement britannique, Parti travailliste (Royaume-Uni), Londres, Royaume-Uni
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook