International
URL courte
26503
S'abonner

Le Su-35, le chasseur russe le plus meurtrier, qui est plus rapide et manœuvrable que le F-35 américain, est capable de modifier le rapport de force dans la région asiatique, selon The National Interest.

Le Su-35 est le chasseur russe «le plus meurtrier», qui dépasse le F-35 américain en termes de vitesse et de manœuvrabilité, et dont l'angle d'attaque est particulièrement élevé, écrit The National Interest.

Selon le média, 24 Su-35 seront livrés à l'armée chinoise d'ici la fin de l'année.

Ce chasseur pourrait modifier le rapport de force dans la région où plusieurs différends liés aux frontières maritimes et aux zones de responsabilitéopposent la Chine aux partenaires asiatiques des États-Unis. 

Le Su-35 est, de fait, un Su-27 profondément modifié, bien qu'en réalité il n'ait hérité de son prédécesseur que du planeur qui a été, d'ailleurs, notablement renforcé. L'avion a été équipé de nouvelles commandes, d'un nouveau radar et d'une nouvelle avionique, ainsi que de moteurs modifiés ce qui a permis d'augmenter considérablement ses capacités.

The National Interest avait déjà qualifié le Su-35 de numéro un du classement des armements russes les plus dangereux en cas d' hypothétique conflit avec les États-Unis car selon les experts du média, le Su-35 représentait un «danger extrême» pour tout avion de l'Otan à l'exception du chasseur furtif F-22.

Le média explique notamment le danger du Su-35 par sa capacité d'embarquer un grand nombre de missiles air-air à longue portée, de les tirer à une vitesse supersonique, par sa super-manœuvrabilité et ses puissants équipements de lutte électronique.

Lire aussi:

Les violences urbaines s'étendent, et avec elles les territoires perdus de la République?
Ce ne sont pas les dinars libyens qui sont «faux» mais les dires des USA: Moscou réagit aux accusations de Washington
Les Français font davantage confiance à Didier Raoult qu’à Olivier Véran, selon un sondage
Tags:
F-35 Lightning II, Su-35
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook