Ecoutez Radio Sputnik
    Graffiti à Téhéran

    Si ce n’est pas un coup d’État, que vise l’administration de Trump en Iran?

    © AFP 2018 Atta Kenare
    International
    URL courte
    16132

    L'administration de Donald Trump ne se fixe pas comme objectif de changer la direction iranienne, a déclaré dans une interview donnée à ABC John Bolton, conseiller à la Sécurité nationale.

    John Bolton, conseiller à la Sécurité nationale de l'administration de Donald Trump, a déclaré que celle-ci ne cherchait pas à remplacer les responsables iraniens. Dans une interview accordée ce dimanche à ABC, la chaîne lui a demandé s'il recommandait au Président d'œuvrer en ce sens.

    «Ce n'est pas la politique de notre administration, a-t-il répondu. Notre politique est de faire en sorte que l'Iran ne progresse pas sur la voie de l'acquisition de l'arme nucléaire ni de ses vecteurs.»

    La tension est montée d'un cran autour du programme nucléaire iranien après la décision des États-Unis, annoncée par le Président Trump le 8 mai dernier, de se retirer de l'accord de juillet 2015. Aux termes de cet accord, la République islamique doit brider son programme nucléaire et ne jamais chercher à obtenir la bombe atomique en échange de la levée d'une partie des sanctions internationales qui la frappent.

    Selon le chef de l'administration américaine, le Plan global d'action conjoint (JCPOA) laissait à Téhéran une échappatoire pour la conception d'une bombe nucléaire en contournant les restrictions. Donald Trump a également déclaré que Washington rétablirait les sanctions contre l'Iran et en imposerait de nouvelles si le pays aspirait à matérialiser ses «ambitions nucléaires». Dans le même temps, il a préconisé la signature d'un nouvel accord.

    Le même jour, John Bolton a assuré les journalistes que le retrait de Washington de l'accord ne signifiait pas que des troupes américaines seraient envoyées en Iran.

    Le Plan global d'action conjoint (JCPOA) est un accord signé à Vienne le 14 juillet 2015, par huit parties: les pays du P5+1: les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies (les États-Unis, la Russie, la Chine, la France, le Royaume-Uni) et l'Allemagne, ainsi que l'Union européenne et la République islamique d'Iran.

    Lire aussi:

    Comment continuer à commercer avec Téhéran pour les participants à l’accord iranien?
    Lavrov nomme la raison du retrait des USA de l’accord nucléaire avec l’Iran
    L’Iran a préparé un plan B au cas où les Européens se retireraient de l’accord nucléaire
    Tags:
    Plan global d'action conjoint (JCPOA), programme nucléaire iranien, sanctions, ABC, Union européenne (UE), John Bolton, Donald Trump, Téhéran, Washington, Royaume-Uni, Iran, Chine, France, Allemagne, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik