Ecoutez Radio Sputnik
    Donald Trump

    Faites «quelque chose en retour»: ce que Trump aurait exigé de ses alliés au Proche-Orient

    © REUTERS / Jonathan Ernst
    International
    URL courte
    14030

    Dans la lettre qu’il leur a adressée, le chef de l’État américain appelle certains des partenaires des États-Unis dans le golfe Persique à être plus actifs dans la région, notamment en Syrie, et à favoriser la résolution des tensions entre l’Arabie saoudite et ses alliés, d’une part, et le Qatar, de l’autre, affirme The Washington Post.

    Après que le guide suprême de la Révolution islamique iranienne, l'ayatollah Ali Khamenei, a affirmé s'être procuré une lettre que Donald Trump aurait adressée vraisemblablement à des dirigeants de pays du golfe Persique, le journal The Washington Post a expliqué quel était, selon lui, le but du Président.

    «Il y a quelques jours, Trump a écrit une lettre à des leaders d'États du golfe Persique, lettre dont nous avons eu connaissance. Il a écrit: «J'ai dépensé 7 billions de dollars et vous devez faire quelque chose en retour». Les États-Unis veulent posséder des esclaves humiliés», a annoncé le guide suprême iranien sur son compte Twitter.

    Ces propos de M.Trump auraient pu être adressés aux dirigeants de pays tels que l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, qui ont fortement critiqué l'accord sur le nucléaire iranien conclu en 2015, précise le journal américain.

    Ce message du Président américain a aussi été mentionné le 9 mai par M.Khamenei lors du discours qu'il a prononcé à l'université Farhangian de Téhéran.

    Selon une source du journal à la Maison-Blanche qui a préféré garder l'anonymat, le message de Donald Trump avait pour but non seulement d'inciter des pays du golfe à être plus actifs dans la région, notamment en Syrie, mais aussi de favoriser la résolution des tensions entre l'Arabie saoudite et ses alliés, d'une part, et le Qatar, de l'autre. Il n'a pas été établi comment Téhéran a pu obtenir le texte de cette lettre, a ajouté la source de The Washington Post.

    La lettre a été envoyée à des alliés américains du golfe Persique il y a deux semaines, a-t-elle indiqué.

    L'expert de l'entreprise de conseil en risques géopolitiques Gulf State Analytics (GSA), Theodore Karasik, estime que la missive aurait pu être transmise à l'Iran par des représentants de puissances régionales, telles que le Koweït, Oman et le Qatar, ou d'un État ne se trouvant pas dans cette région, par exemple la Russie.

    La tension est montée d'un cran autour du programme nucléaire iranien après la décision des États-Unis, annoncée par le Président Trump le 8 mai dernier, de se retirer de l'accord de juillet 2015. Aux termes de cet accord, la République islamique doit brider son programme nucléaire et ne jamais chercher à obtenir la bombe atomique en échange de la levée d'une partie des sanctions internationales qui la frappe. Donald Trump a également déclaré que Washington rétablirait les sanctions imposées à Téhéran et suspendues après la signature de l'accord de 2015.

    Lire aussi:

    Khamenei sur Trump:«Il y avait peut-être une bonne dizaine de mensonges dans son discours»
    Le guide suprême iranien Ali Khamenei se moquerait-il de Donald Trump?
    Si les USA veulent la guerre, qu’ils sachent que l’Iran «répondra avec tous les moyens»
    Tags:
    région, sanctions, accord iranien, lettre, alliés, Twitter, présidence américaine, ayatollah Ali Khamenei, Donald Trump, Koweït, Russie, Oman, Émirats Arabes Unis, Syrie, Qatar, Téhéran, Arabie Saoudite, Golfe persique, Proche-Orient, Washington, Iran, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik