Ecoutez Radio Sputnik
    Alger

    N’en déplaise à Washington, Alger réaffirme sa position sur la question palestinienne

    CC BY-SA 4.0 / Yelles / Le Musée des Beaux-Arts d'Alger vu depuis le Jardin d'Essai
    International
    URL courte
    311124

    Aujourd’hui les USA transfèrent leur ambassade en Israël à Jérusalem. Face à cette situation, le 12 mai 2018 l’Algérie a réaffirmé à Amman, Jordanie, son soutien indéfectible à la cause palestinienne en plaidant pour la solution à deux États et en soulignant la situation déplorable des droits de l’Homme dans les territoires palestiniens.

    L'Algérie a réaffirmé sa position de principe de soutien au peuple palestinien dans son droit à recouvrer sa liberté et «pour lui permettre d'exercer ses droits historiques spoliés et établir un État indépendant sur ses terres avec Jérusalem comme capitale», a déclaré Fafa Benzerrouki Sid Lakhdar, Présidente du Conseil national des droits de l'Homme algérien (CNDH) et Présidente du Réseau arabe des institutions nationales des droits de l'Homme, lors d'une conférence le 12 mai 2018 à Amman, la capitale de la Jordanie, consacrée l'état des droits de l'Homme dans les territoires palestiniens.

    «La cause palestinienne est centrale pour les musulmans et les arabes», a déclaré Mme Benzerrouki Sid Lakhdar, en soulignant que les Palestiniens «ont subi depuis un siècle une série de massacres visant à altérer la composante démographique de la Palestine et à oblitérer l'identité de son peuple, notamment par la profanation des lieux sacrés et des wakfs islamiques et chrétiens».

    La colonisation israélienne «ne s'est pas limitée à la spoliation de la Palestine historique mais a également touché, après la guerre de 1967, les terres des pays voisins: la Syrie et le Liban», a ajouté la responsable algérienne.

    Concernant les conditions des droits de l'Homme dans les territoires palestiniens, la présidente du CNDH a souligné la grave dégradation de la situation, qui s'accentue de jour en jour tout en pointant du doigt les responsables de cet état de fait. «Au moment où le monde ratifiait la Déclaration universelle des droits de l'Homme, le peuple palestinien subissait la Nakba [la défaite, ndlr] planifiée et exécutée par ceux-là mêmes qui étaient la veille les victimes des crimes nazis», a-t-elle affirmé, en soulignant que «l'aggravation des faits au fil du temps a affaibli le caractère universel des principes des droits de l'Homme, laissant apparaître le deux poids deux mesures dont les retombées s'accentuent jour après jour».

    Pour la responsable algérienne, il n'y a aucun doute que les autorités israéliennes «appliquent un plan stratégique d'implantation de colonies et de judaïsation», dont le fait le plus marquant est la décision d'Israël «d'ériger un mur de séparation jugé illégal par la Cour internationale de justice (CIJ)».

    Mme Benzerrouki a dénoncé la politique d'impunité dont jouissait Israël, en particulier de la part des États-Unis, qui «a encouragé cette dernière à attenter à la situation de la ville sainte de Jérusalem à travers une tentative de judaïsation et d'exclusion volontaire de toute autre religion». «Le fait d'accepter le statu quo sans aucune riposte judiciaire encourage davantage les mêmes pratiques et offre à ses auteurs des motifs supplémentaires pour poursuivre leurs violations», a-t-elle affirmé.

    En conclusion, la responsable algérienne a mis l'accent sur la nécessité que tous les défenseurs des droits de l'Homme se «mobilisent davantage pour former une large communauté et la sensibiliser aux graves violations israéliennes en vue d'activer les procédures judiciaires devant les instances compétentes».

    En réponse à la décision du Président américain de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël et d'y transférer l'ambassade de son pays, l'Algérie a estimé que toute décision internationale pouvant porter atteinte au statut de la ville sainte, changer sa nature ou sa composition démographique n'aurait «aucun effet juridique» et serait considérée comme «nulle et non avenue», avait déclaré Abdelkader Messahel, ministre algérien des Affaires étrangères, le 9 mai 2018 à Alger lors de son allocution à l'occasion de l'ouverture de la 3e session de la Commission mixte algéro-néerlandaise de coopération économique et technologique.

    «Il est clair que toute décision qui vise à altérer la nature, le statut ou la composition démographique de la ville sainte de Jérusalem ne sera d'aucun effet juridique et nulle et non avenue», avait déclaré le ministre algérien cité par l'Agence Presse Algérie (APS).

    En décembre, Donald Trump a rompu avec ses prédécesseurs en reconnaissant Jérusalem comme capitale de l'État hébreu. Ce 14 mai, l'ambassade américaine déménagera de Tel Aviv à Jérusalem. Dans la foulée des États-Unis, plusieurs pays d'Amérique latine ont annoncé eux aussi le transfert de leurs missions diplomatiques.

    Le transfert de l'ambassade des États-Unis est prévu pour le 14 mai afin de coïncider avec le 70e anniversaire de la création de l'État d'Israël.

    Des 193 pays composant l'Assemblée générale de l'Onu, 128 ont voté fin décembre une résolution condamnant la décision américaine, dont des alliés des États-Unis comme la France et le Royaume-Uni. Seuls sept pays se sont alignés sur Washington.

    La décision de Donald Trump a provoqué une vague de protestations dans la plupart des pays musulmans et été désapprouvée par nombre d'ONG internationales, préoccupées par les perspectives de processus de paix au Proche-Orient.

    Lire aussi:

    L’Algérie a condamné «le crime ignoble» à Gaza et réaffirme sa position sur Jérusalem
    Ramallah sur le transfert de l’ambassade paraguayenne: «le pays viole la loi»
    Pour une députée algérienne, la Ligue des États arabes est «devenue le jumeau d'Israël»
    Tags:
    droits de l’homme, solution à deux États, position, ONU, Abdelkader Messahel, Donald Trump, Israël, Amman, Jordanie, Jérusalem, Palestine, États-Unis, Algérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik