Ecoutez Radio Sputnik
    Alger

    Polémique Rabat-Alger: la France et l’Onu ont-elles fait leur choix?

    © AFP 2018 ludovic MARIN
    International
    URL courte
    Kamal Louadj
    16463

    Un rapport du Sénat français sur la situation au Sahel et les déclarations du représentant du secrétaire général de l’Onu pour la Libye, contredisent les derniers propos du ministre marocain des Affaires étrangères, tenus dans un entretien publié ce lundi par Jeune Afrique, accusant l’Algérie de jouer un rôle déstabilisateur dans la région.

    Dans un entretien avec le journal Jeune Afrique, publié ce lundi, le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, a accusé l'Algérie d'avoir une responsabilité dans l'instabilité de la région du Sahel. Or, selon un article du Canard enchaîné publié le 9 mai, les conclusions d'un rapport du Sénat français et les déclarations, le 12 mai 2018 à Alger, de l'envoyé spécial de l'Onu pour la Libye se tiennent à l'opposé des affirmations du responsable marocain, et accordent un rôle central à l'Algérie dans la résolution des crises au Sahel et en Libye.

    Le rapport rédigé par des sénateurs français, ayant effectué une mission d'audit de l'opération militaire française au Sahel et au Mali qui dure depuis 5 ans, a fait état d'une dégradation accrue de la situation sécuritaire dans la région en concluant qu'il ne peut y'avoir de paix sans la participation de l'Algérie.

    Dans ce document rédigé par les sénateurs Christian Cambon, président de la Commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées et membre de la délégation parlementaire au renseignement, Olivier Cigolotti et Ladislas Poniatowski, on peut lire qu'il y a des attaques terroristes quotidiennes et pas seulement dans le Nord du Mali, contrairement à la situation de la région en 2013. «Lors de nos entretiens politiques au Niger et au Mali, nous avons abordé la question de l'Algérie. Il suffit de regarder une carte pour comprendre que rien ne se règlera au Sahel sans l'Algérie. On ne peut pas concevoir la paix et la stabilité de cette immense région sans l'Algérie», a souligné le rapport selon l'APS.

    Concernant le dossier libyen, Ghassan Salamé, le représentant spécial du secrétaire général de l'Onu pour la Libye, a déclaré à l'issue de sa rencontre à Alger, le 12 mai 2018, avec le ministre algérien des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, «l'Algérie est en droit légitimement de s'intéresser à la situation en Libye eu égard aux liens profonds qui unissent les deux pays et de la longue frontière qu'ils partagent», mettant en avant la disponibilité «constante» de l'Algérie à aider ce pays à sortir de l'impasse politique et sécuritaire dans laquelle il se trouve, selon l'APS.

    De son côté, le chef de la diplomatie algérienne a souligné que sa rencontre avec le responsable onusien était «une occasion de discuter longuement de la situation qui prévaut en Libye et des prochaines étapes dans le cadre de la mise en œuvre de la résolution de l'ONU et du Conseil de sécurité ainsi que du Plan d'action de Ghassan Salamé», selon la même source.

    Dans son entretien accordé au journal Jeune Afrique, commentant la place qu'occupe, au regard des institutions internationales, l'Algérie dans la résolution du conflit en Libye et dans la lutte contre le terrorisme au Sahel, le chef de la diplomatie marocaine a déclaré qu'«Il est normal que les acteurs de la déstabilisation soient en priorité pris en charge dans les processus de stabilisation». «Rappelez-vous de la tragique prise d'otages d'In Amenas en janvier 2013. La réalité de ce qui s'est passé là-bas a été escamotée par les médias. N'est-ce pas là une pure action de désinformation?», a-t-il ajouté.

    Et d'évoquer la situation sécuritaire au Sahel, qui ne cesse de se dégrader depuis le renversement par l'Otan du défunt dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, le ministre marocain a néanmoins considéré qu'Alger a une responsabilité dans l'état dans lequel est arrivée la région. «Il y a aujourd'hui une conscience que la stabilisation du Sahel passe par un rôle plus constructif des pays directement impliqués, qui ne peuvent plus considérer cette zone comme une arrière-cour manipulable à souhait, ni comme un espace pour évacuer leurs tensions internes».

    Alger a catégoriquement réfuté les déclarations du responsable marocain en affirmant que ce dernier n'a apporté aucune preuve et continuait à «inventer des histoires».

    L'Algérie, qui s'était opposée à l'intervention de l'Otan en Libye, avait initié, quelques années avant la naissance du G5S, un mécanisme similaire impliquant des pays de la région. Il s'agissait du CEMOC (Comité d'État-major opérationnel conjoint), lancé en avril 2010 et basé à Tamanrasset. Cette structure réunissait, théoriquement, les forces armées des pays sahéliens sous l'égide de l'Algérie. Selon Akram Kharief, consultant algérien dans la défense et la sécurité, si l'Algérie boude le G5 Sahel, c'est justement parce qu'elle considère: «qu'elle est la véritable initiatrice du projet, avec le CEMOC. L'Algérie est très étonnée de voir que la France débarque [en août 2014, ndlr] avec le même projet dans ses cartons sans rien demander à l'Algérie. Elle considère que c'est une initiative parallèle qui dilue les efforts de la lutte contre le terrorisme», a déclaré Kharief dans un entretien avec Sputnik.

    Lire aussi:

    L’accord d’Alger reste-t-il le meilleur instrument pour résoudre la crise au Sahel?
    Malgré les appels du pied de Paris, Alger boude le G5 Sahel. Pourquoi?
    Les projets de l’Armée algérienne quant à l’intervention au Sahel
    Tags:
    situation précaire, rapport, Sénat français, ONU, Hezbollah, Ghassan salamé, Abdelkader Messahel, Nasser Bourita, Sahel, Algérie, Libye, Maroc, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik