International
URL courte
61716
S'abonner

Quelques détails sur l’opération de chirurgie rénale qu’a subie ce lundi Melania Trump ont été révélés par un chirurgien russe, professeur à la Première Université de médecine Ivan Setchenov de Moscou.

L'opération pratiquée sur la Première dame des États-Unis n'était pas très lourde, a confirmé Dénis Boutnarou, chirurgien et urologue russe, directeur du Parc scientifique et technologique de biomédecine de la Première Université de médecine Ivan Setchenov de Moscou. Il s'agissait de l'embolisation d'un kyste du rein.

«L'embolisation ou la sclérose d'un kyste est une opération relativement simple, elle n'entraîne pas beaucoup de risques. Si tout est effectué correctement, le patient peut quitter l'hôpital dès le lendemain ou le jour-même de l'opération», a expliqué le docteur Boutnarou.

Il a en outre précisé quelle origine pouvait avoir un kyste, à savoir héréditaire et se développant déjà dans le ventre de mère, ou acquis suite à des traumas ou à une inflammation. Dans la plupart des cas, la sclérose guérit un kyste, mais parfois des récidives apparaissent.

L'épouse du Président américain a été hospitalisée ce lundi pour une opération de chirurgie rénale. L'opération a été couronnée de succès, il n'y a pas eu de complications, a fait savoir sa porte-parole dans un communiqué. Après son opération, Mme Trump restera à l'hôpital de Walter Reed, un centre médical pour les soldats des forces armées des États-Unis, pendant une semaine.

La Maison-Blanche n'a pas précisé combien de temps avait duré l'opération qui est considérée comme une chirurgie peu invasive.

Lire aussi:

Les Français tués au Niger étaient en mission humanitaire, selon la Défense nigérienne
Six touristes français tués dimanche au Niger par des hommes armés
Dispersion des manifestants à Minsk, la police utilise des grenades assourdissantes - vidéos
Où est passé le navire ayant apporté le nitrate d’ammonium à Beyrouth?
Tags:
médecine, chirurgie, opération, Melania Trump, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook