Ecoutez Radio Sputnik
    Kim Jong Un et Xi Jingping

    Se peut-il que Pékin accorde une aide économique à Pyongyang avant les USA?

    © AP Photo / Ju Peng/Xinhua
    International
    URL courte
    3200

    La Chine aurait promis à la Corée du Nord de la soutenir économiquement dès les étapes intermédiaires du démantèlement de son programme nucléaire, rapportent les médias nippons en référence à des sources bien informées. On ne doit sans doute pas trop se fier à cette information, a indiqué à Sputnik le politologue russe Konstantin Asmolov.

    Il n'est pas à exclure que cette information puisse ne pas correspondre à la réalité, a déclaré à Sputnik Konstantin Asmolov, de l'Institut russe de l'Extrême-Orient.

    «La Chine peut évidemment accorder une aide économique à la Corée du Nord. Pourtant, des questions se posent: à quelles conditions? L'octroi d'une assistance en échange de quelle dénucléarisation? Quel modèle d'arrêt du programme nucléaire et balistique du Pyongyang Pékin est-il prêt à accepter?», a indiqué l'interlocuteur de l'agence.

    Selon ce dernier, si même l'assistance a été effectivement promise, ce serait une réaction de la Chine à la promesse des États-Unis de proposer quelque chose à la Corée du Nord en cas du désarmement définitif de celle-ci.

    «Il se peut que la Chine soupçonne tout simplement que Pyongyang se mette à entrer dans la sphère d'influence américaine, tout en s'éloignant de l'influence chinoise, chose que Pékin ne peut admettre en aucun cas», a résumé l'interlocuteur de Sputnik.

    Lire aussi:

    La Chine suspend sa coopération militaire avec la Corée du Nord
    Pékin et Moscou appellent à revenir à leur initiative d’un «double-gel»
    «La Chine et la Russie sont des acteurs essentiels des négociations sur la Corée du Nord»
    Tags:
    influence, programme balistique, promesses, aide, nucléaire, Institut russe de l'Extrême-Orient, Sputnik, Konstantin Asmolov, Pyongyang, Corée du Nord, Pékin, Chine, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik