Ecoutez Radio Sputnik
    Facebook

    Respect de la vie privée: Mark Zuckerberg va tenter de rassurer les Européens

    © Sputnik . Natalia Seliverstova
    International
    URL courte
    Gaëlle Nicolle
    306

    Alors que la protection des données personnelles est au cœur des problématiques du numérique, le patron de Facebook a finalement accepté de rencontrer les parlementaires européens. Mais le rendez-vous à huis clos qui s’annonce n’est qu’une demi-victoire pour l’UE.

    C'est la fin du suspense. Le PDG de Facebook, Marc Zuckerberg, se rendra finalement à Bruxelles pour répondre aux questions des députés européens. Après le scandale Cambridge Analytica, c'est le patron en personne qui viendra tenter de calmer les esprits, contrairement aux Britanniques, qui avaient dû se contenter de son directeur technique, Mike Schroepfer.

    Prié de s'expliquer sur l'utilisation des données personnelles de millions d'Européens, la rencontre tant attendue se déroulera finalement à huis clos auprès des chefs de groupe du Parlement.

    Une décision qui a évidemment déplu.

    Guy Verhostadt, président de l'Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe, a d'ores et déjà annoncé qu'il boycotterait la rencontre si elle n'était pas publique.

    Des échanges houleux ont également eu lieu avec le président du parlement. Vera Jourova, commissaire européenne aux consommateurs, a fait part de son regret sur tweeter:

    ​«Dommage que l'audience ne soit pas publique. Il y a plus d'utilisateurs de Facebook dans l'UE qu'aux États-Unis et les Européens méritent de savoir comment leurs données sont traitées.»

    Ce à quoi M. Antonio Tajani lui a répondu: «Ce n'est pas votre job de contrôler et de critiquer le Parlement».

    Réunion publique ou non, les élus ont promis d'être fermes.
    Dès le 25 mai prochain, le Règlement Général pour la Protection des Données (RGPD) entrera en vigueur dans toute l'Union européenne. Cette nouvelle législation doit mieux encadrer la collecte, le traitement et la gestion des données personnelles et numériques dans l'Union, tout en imposant de lourdes sanctions en cas de non-respect.

    Pourtant, alors que le RGPD est «dans les tuyaux» depuis longtemps, le Congrès américain vient de faire passer le Cloud Act (Clarifying Lawful Overseas Use of Data Act). Cette loi oblige les entreprises américaines à fournir les données de leurs utilisateurs, même si celles-ci sont stockées à l'étranger, sans en informer les utilisateurs et sans décision de justice. Un règlement auquel les géants du Web américain n'ont eu aucun mal à se plier.
    Le Cloud Act sera-t-il abordé par Emmanuel Macron?

    En effet, le 23 mai prochain, à l'occasion du sommet «Tech for good», l'Élysée recevra une cinquantaine de dirigeants de grandes entreprises du numérique, dont Mark Zuckerberg et Satya Nadella (Microsoft), Brian Krzanich (Intel) et Virginia Rometty (IBM).
    Emmanuel Macron aura un entretien bilatéral avec Mark Zuckerberg, lors duquel ils aborderont tous les sujets de manière «très franche», assure l'Élysée, qui prévoit que «les discussions vont être assez rudes».

    En France, plus de 200.000 utilisateurs français de Facebook auraient été touchés par le scandale Cambridge Analytica, une société qui utilisait les données personnelles des utilisateurs à des fins politiques, sans leur consentement. Dans le monde, le nombre d'internautes visés aurait été de 87 millions, avant que Mark Zuckerberg n'avoue qu'en réalité, l'intégralité des utilisateurs, soit 2 milliards de personnes, étaient susceptibles de subir ce genre d'attaque. 

    Lire aussi:

    Cambridge Analytica révèle les clauses de son contrat avec Facebook
    Mark Zuckerberg explique quand Facebook règlera les problèmes de sécurité des données
    Facebook sommé de s’expliquer après le siphonnage des informations de 50 M d’utilisateurs
    Tags:
    Facebook, Inc, Mark Zuckerberg
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik