Ecoutez Radio Sputnik
    Le pont de Crimée

    Google Maps reconnaît enfin l'existence du pont de Crimée

    © Sputnik . Alexey Malgavko
    International
    URL courte
    1275

    Avec un retard de deux jours, le service Google Maps a enfin mis à jour ses cartes de la Russie. Il est désormais possible de voir le pont de Crimée reliant la péninsule au reste du territoire russe.

    Bien que la cérémonie de l'inauguration du pont de Crimée ait eu lieu mardi 15 mai, ce n'est qu'aujourd'hui que le service Google Maps a actualisé la carte de la péninsule qui montre désormais cette construction extraordinaire.

    Cependant des utilisateurs russes ont déjà remarqué que le service ne reconnaît pas l'itinéraire entre Taman et Kerch via le pont. Au lieu de cela, il propose toujours d'emprunter un ferry-boat.

    Le pont de Crimée, qui relie la péninsule au reste du territoire russe par le détroit de Kertch, a été inauguré ce mardi 15 mai, en présence du chef de l'État Vladimir Poutine.

    Le Président russe a été le premier à traverser en 16 minutes le pont de Crimée à la tête d'une colonne de 30 camions qui devait tester sa résistance.

    Le pont de Crimée, qui relie la Crimée et le territoire de Krasnodar est le plus long en Russie avec ses 19 kilomètres. Le chantier a été lancé en février 2016. La structure du pont repose sur 7.000 pieux et 595 pylônes. Au total, la construction du pont a utilisé tellement de fer, que ce serait suffisant pour ériger 32 fois la Tour Eiffel.

    La capacité du pont est estimée à 40.000 véhicules par jour et 47 trains dans chacun des deux sens par jour (14 millions de passagers et 13 millions de tonnes de fret par an). La vitesse maximale autorisée sur le pont est de 90 km/h.

    Lire aussi:

    «Nous allons envoyer ces navires US au fond de la mer avec des armes secrètes», promet un général iranien
    La photo de l’homme à l’origine de l’explosion à Lyon publiée
    L'acte 28 se poursuit place de la République à Paris avec des gaz lacrymogènes
    Tags:
    Google Maps, Google, Crimée, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik