International
URL courte
11294
S'abonner

L’auteur d’un article paru dans l’hebdomadaire américain Washington Examiner qui a suscité un tollé en Russie a finalement refusé de présenter ses excuses.

Il n'y aura pas d'excuses. Tom Rogan, journaliste de l'hebdomadaire américain Washington Examiner a affirmé qu'il ne regrettait pas son article dans lequel il avait proposé à l'Ukraine de «faire sauter» le pont de Crimée inauguré mardi.

«Est-ce que je regrette? Non, à l'exception du fait que j'aurais pu être un peu plus clair en arguant que cette action pouvait (et bien sûr devait) être menée sans aucune victime», a-t-il expliqué dans un nouveau papier.

Le texte intitulé «L'Ukraine devrait faire sauter le pont de Crimée de Poutine» a paru dans le Washington Examiner mercredi. Dans ses colonnes, Tom Rogan s'est réjoui à l'idée que «l'Ukraine possédait des moyens pour lancer des tirs contre le pont de sorte que celui-ci soit au moins inutilisable.» Il a estimé que du fait de la longueur importante de la construction, les forces aériennes ukrainiennes pouvaient frapper le pont en minimisant les risques de faire de victimes parmi ceux qui l'empruntent.

L'article a suscité une vague d'indignation en Russie. Dans un communiqué, la diplomatie russe a affirmé que la liberté d'expression ne pouvait justifier l'appel aux attentats et aux meurtres. Le Kremlin a de son côté qualifié la publication de «folie».

«C'est une sorte de manifestation hideuse de journalisme malsain», a déclaré le Kremlin par la voix de son porte-parole, Dmitri Peskov.

Lire aussi:

«Impensable d'avancer»: la France passe l’éponge sur l’accord de libre-échange entre l’UE et l’Australie
Sous-marins: la France a commencé à avoir des doutes sérieux sur le contrat avec l’Australie à partir de juin
Xavier Bertrand évoque «un risque de guerre civile» sur fond de violences de mineurs
En continu: un étudiant tue six personnes et en blesse plusieurs autres dans une université russe
Tags:
Crimée, Tom Rogan, Washington Examiner, Pont de Crimée, journalisme
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook