International
URL courte
470
S'abonner

Tout comme la Russie, la Jordanie est intéressée à ce que la crise en Syrie soit désamorcée pacifiquement et que la situation dans la région revienne à la normale dans les meilleurs délais, a déclaré à Sputnik Ziyad al Majali, ambassadeur jordanien à Moscou.

La Jordanie et la Russie ont réussi à préserver les zones de désescalade dans le sud de la Syrie, région où le cessez-le-feu est très bien respecté, a rappelé à Sputnik Ziyad al Majali.

«Nous attendons avec impatience la résolution la plus rapide possible de la crise en Syrie pour que les souffrances du peuple syrien qui se poursuivent depuis 2011 finissent enfin, pour que les réfugiés syriens puissent regagner leurs foyers», a poursuivi l'interlocuteur de l'agence.

Et d'exhorter à la résolution politique négociée de la crise syrienne prévoyant le maintien de l'intégrité territorial de la Syrie et l'unité de son peuple.

«Nous en discutons avec la Russie et les Nations unies dans le cadre des discussions à Genève et de la résolution 2254 [du Conseil de sécurité de l'Onu, ndlr]», a noté le diplomate.

L'ambassadeur a souligné que son pays était fermement opposé à l'usage de la force pour résoudre cette crise qui a provoqué l'émigration en masse du «peuple syrien frère».

«La Jordanie à elle seule a accueilli environ 1,3 million de Syriens en détresse. Un règlement politique est l'unique solution possible pour la crise en Syrie. La Jordanie et la Russie ont la même position sur cette question. […] La résolution de la crise syrienne demande les efforts conjoints et conjuguées de la Russie, de l'Amérique et des pays arabes», a résumé l'interlocuteur de Sputnik.

Lire aussi:

Dupond-Moretti garde des Sceaux, «une déclaration de guerre à la magistrature», selon un syndicat
Un épidémiologiste de l’Institut Pasteur met en garde la France
Certains gels hydro-alcooliques peuvent cacher un danger mortel
Cas de Covid-19 importés d’Algérie: «on donne le bâton pour se faire battre»
Tags:
résolution, politique, règlement, conflit syrien, crise, Sputnik, ONU, Ziyad al Majali, États-Unis, Syrie, Jordanie, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook