Ecoutez Radio Sputnik
    Un supporteur lors d'un match Allemagne-Algérie en 2014

    «L’Algérie ne se soumet à aucune partie»: Alger s’insurge contre l’UE

    © Sputnik . Alexei Filippov
    International
    URL courte
    5318118

    Sur fond de tensions avec l’Union européenne dans le domaine des importations, le ministre algérien du Commerce, Saïd Djellab, a affirmé que «l’Algérie ne se soumet à aucune partie».

    Saïd Djellab, le ministre algérien du Commerce, a haussé le ton sur fond de pressions exercées par l'UE sur son pays suite à la décision de son gouvernement de geler les importations de plusieurs produits, relate ObservAlgerie.

    «L'Algérie négocie avec l'Union Européenne dans le cadre du partenariat qui unit les deux parties, et ne reçoit pas d'ordres de sa part», a-t-il déclaré, cité par le média.

    «L'Algérie ne se soumet à aucune partie, et ne consulte personne dans le but d'obéir à ses ordres», a souligné le ministre, en ajoutant que les autorités algériennes «ne recevraient pas d'ordres de l'UE, mais «les informent de leurs décisions et négocient avec eux».

    Les déclarations du ministre algérien surviennent dans le contexte de la polémique déclenchée par les propos que la commissaire européenne au Commerce, Cecilia Malmström, a tenus le 10 avril 2018 devant la Commission des affaires économiques et des affaires étrangères de l'Assemblée nationale française. Elle a alors déclaré que «сe que fait l’Algérie, ce n’est pas conforme [à] l’accord [de] libre[-]échange et nous avons un dialogue avec l’Algérie sur ça et autres choses parce que beaucoup de choses qu’ils font ne sont pas en conformité avec cet accord que nous avons, parce que ces mesures favorisent, par hasard, la Chine».

    Selon ObservAlgerie, une délégation européenne s'était également rendue à Alger en avril dernier pour trouver un compromis suite aux mesures prises par le gouvernement algérien concernant la réduction des importations.

    Lire aussi:

    L’Algérie pourrait imposer des taxes sur «tous les produits importés de l’UE»
    Quand la Chine remplit le vide du «net recul» de la coopération économique algérofrançaise
    Erdogan à Alger, pourra-t-il booster l’économie et régler les divergences géopolitiques?
    Tags:
    importations, Union européenne (UE), Saïd Djellab, Algérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik