International
URL courte
9320
S'abonner

Les forces de défense antiaérienne saoudiennes ont intercepté un missile balistique tiré par les rebelles houthis depuis le territoire yéménite. Le missile a été abattu non loin de la ville de Khamis Mushait, dans le sud-ouest du royaume.

La défense antiaérienne saoudienne a repéré et abattu samedi un missile balistique tiré par des partisans du mouvement rebelle Ansar Allah (Houthis) depuis le territoire yéménite, a annoncé samedi la chaîne de télévision Al-Hadath.

Selon la chaîne, le missile a été détruit non loin de la ville de Khamis Mushait, dans le sud-ouest du royaume, à proximité de la frontière avec le Yémen.

Les données sur les blessés ou les destructions au sol ne sont pas disponibles.

Les Houthis, qui contrôlent une bonne partie du Yémen, dont la capitale Sanaa, ont tiré une série de missiles en direction du royaume saoudien au cours des derniers mois. Le 25 mars, les systèmes saoudiens de la défense antiaérienne ont intercepté sept missiles tirés par les rebelles dont trois au-dessus de Riyad. Un Égyptien a été tué et deux autres personnes ont été blessées par les débris.

Après cette attaque, l'Arabie saoudite a de nouveau accusé l'Iran de livrer illégalement des missiles et d'autres armes aux Houthis. Téhéran a rejeté les accusations, les considérant comme «irresponsables» et susceptibles de provoquer une guerre.

Une coalition arabe, dirigée par Riyad, lutte depuis 2015 au Yémen contre le mouvement des Houthis, dans le but de rétablir au pouvoir le Président Abd Rabbo Mansour Hadi, reconnu par la communauté internationale.

Lire aussi:

L’évolution des revenus de Jean Castex évaluée par Franceinfo
Ce pays européen a été désigné par la Chine comme possible point d’origine du coronavirus
La LDNA, mouvement pour la défense des Africains, espère la dissolution de l’Église catholique
L’Iran crée un réseau de silos à missiles au bord du golfe Persique
Tags:
missiles, Houthis, Al-Hadath, Ansarullah, Arabie Saoudite, Yémen
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook