International
URL courte
6100
S'abonner

L’informateur du FBI sur l’enquête des contacts présumés du QG de Donald Trump avec la Russie, mentionné récemment par des médias américains, a été identifié. C’est l’ex-agent de la CIA, Stefan Halper, qui était au cœur du scandale de la présidentielle de 1980, indique The Intercept.

L'ex-agent de la CIA Stefan Halper a été un informateur secret du FBI dans l'enquête sur des liens présumés entre l'équipe de campagne de Donald Trump et la Russie, annonce le portail The Intercept.

Cette conclusion a été faite à partir de l'analyse de publications de médias américains sur cet individu.

The Intercept indique que Stefan Halper travaille à l'Université de Cambridge. De plus, il avait fait partie du scandale de la présidentielle de 1980, quand le QG de Ronald Reagan avait été accusé d'avoir espionné l'administration de Jimmy Carter au moyen d'agents de la CIA guidés par M.Harper. Cette opération consistait dans la transmission d'informations secrètes de politique extérieure de M.Carter à des membres de l'équipe de M.Reagan.

Ainsi, l'informateur, engagé par le FBI pour collecter des informations sur la campagne de Donald Trump en 2016, n'est pas une personne totalement inconnue ou un agent top secret, estime The Intercept. Au contraire, les décennies de son travail pour la CIA sont bien connues, conclut le portail.

Le 18 mai, The New York Times a fait savoir que le FBI avait envoyé un informateur pour collecter des preuves que les conseillers de M.Trump, George Papadopoulos et Carter Page, avaient eu des contacts suspects avec la Russie. Selon ce journal, c'était un universitaire américain qui enseigne au Royaume-Uni.

Donald Trump a écrit jeudi dernier sur Twitter que les informations sur un indicateur qui aurait été introduit par le FBI dans son équipe électorale pourraient provoquer un scandale plus retentissant que celui du Watergate, qui avait abouti à la démission du 37e Président des États-Unis, Richard Nixon. Il a ajouté que l'infiltration d'un informateur du FBI dans son équipe a eu lieu sous la présidence du démocrate Barack Obama, qui soutenait la candidate de son parti, Hillary Clinton, la principale rivale de Donald Trump.

Lire aussi:

Le nombre de décès le plus élevé depuis avril et les nouveaux cas en baisse en 24h en France
«Nous sommes libres de décapiter»: des milliers de messages de bots envahissent des sites français
Un contrôle du couvre-feu tourne mal dans la Loire
Il refuse de donner une cigarette, sa mère se fait tuer en prenant sa défense dans la Drôme
Tags:
scandale, espionnage, président, élection présidentielle, campagne présidentielle, informateur, The New York Times, Université de Cambridge, CIA, FBI, Richard Nixon, Carter Page, Marcus Papadopoulos, Hillary Clinton, Barack Obama, Jimmy Carter, Ronald Reagan, Donald Trump, Russie, Royaume-Uni, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook