Ecoutez Radio Sputnik
    Recep Tayyip Erdogan

    Attentat contre Erdogan en préparation dans les Balkans? Le Président turc réagit

    © Sputnik . Sergey Guneev
    International
    URL courte
    187111

    Informé sur la préparation d’une attaque contre lui en Europe, le Président turc Recep Tayyip Erdogan a indiqué dimanche comment cette nouvelle influe sur sa visite en Bosnie-Herzégovine.

    Le Président turc Recep Tayyip Erdogan a appris qu’un attentat contre lui était en préparation en Europe, avant de déclarer que cela n’influerait pas sur sa visite de travail en Bosnie-Herzégovine, a annoncé le journal turc Hurriyet.

    «J’ai reçu cette information [sur la préparation de l’attentat, ndlr] de notre Organisation nationale du renseignement. Et c’est pour cette raison que je suis ici. Pourquoi? Parce que de telles menaces ne nous feront pas baisser les bras. Nous avons trouvé notre voie et nous allons la suivre. Sera-t-il bien de ma part si ces milliers de gens venus ici pour rencontrer un chef d’État ne pourront pas le faire? Non, cela ne va pas», a indiqué M.Erdogan lors d’une conférence de presse en Bosnie-Herzégovine.

    Les médias turcs ont annoncé qu’un attentat contre M.Erdogan était en préparation dans les Balkans le 19 mai, la veille de sa visite de 24 heures en Bosnie-Herzégovine. Selon la chaîne de télévision turque TRT, des Turcs résidant à Skopje, la capitale de la Macédoine, ont alerté le service du renseignement local qui a transmis l’information sur les préparatifs d’un attentat aux services secrets turcs. Rien n'a été indiqué sur l'heure et le lieu de l'attentat, ainsi que sur la façon dont il devrait être perpétré.


    Lire aussi:

    Les Serbes de Bosnie contre les exercices de l’Otan: «Qu’ils s’entraînent ailleurs!»
    L'uranium appauvri de retour en Bosnie?
    Président tchèque: la Bosnie-Herzégovine, futur tremplin pour Daech en Europe
    Tags:
    attentat, Recep Tayyip Erdogan, Bosnie-Herzégovine, Turquie, Europe, Balkans
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik