Ecoutez Radio Sputnik
    Silvio Berlusconi

    Des médias italiens dénoncent une intox sur l’héritage qui aurait été légué à Berlusconi

    © AFP 2018 TIZIANA FABI
    International
    URL courte
    2141

    La nouvelle largement diffusée par les médias sur un héritage de trois millions d’euros qu’une dame de 88 ans aurait légué à l’ex-Premier ministre italien Silvio Berlusconi a finalement été reconnue comme fausse. Le journal Corriere della Sera en a publié des preuves.

     L’ex-Premier ministre italien Silvio Berlusconi n’a pas hérité de plus de trois millions d’euros de son ancienne secrétaire en tant que geste de «gratitude pour les années de travail passées ensemble», contrairement à ce qu’a annoncé samedi le journal italien La Stampa et d’autres médias.

    La Stampa, qui a déjà supprimé son article, a initialement affirmé qu’Anna C., 88 ans, «décédée il y a une vingtaine de jours» à Palerme, s’était tournée vers ses avocats pour rédiger un testament en faveur de l'ancien Premier ministre avec qui elle avait travaillé. Selon l’article, M.Berlusconi, déjà considéré comme l’un des hommes les plus fortunés du pays, aurait hérité de trois grandes propriétés immobilières, de deux terrains fonciers, de deux comptes bancaires et d'une «excellente pension».

    Le journal Corriere della Sera a établi d’où venait cette intox. L’avocat Andrea Ferrari, qui était mentionné comme l’auteur du communiqué de presse sur l’héritage, a déjà figuré dans une histoire pareille début mai dernier. Mais dans ce cas-là, l’heureux héritier serait un chat qui aurait reçu deux millions d’euros de sa propriétaire. Tout comme la «bienfaitrice» de Silvio Berlusconi, cette dame serait décédée à l’âge de 88 ans après avoir travaillé pendant toute sa vie au Conseil des ministres italien. Les noms des deux dames ressemblent aussi: celle qui aurait rendu riche un chat s’appellerait Cecilia Anna.

    Une autre preuve indiquant que l’information sur la fortune héritée par M.Berlusconi était une intox attendait les journalistes qui ont souhaité obtenir des informations sur l’organisation FIR («Fondation italienne pour les épargnants»). Cette fondation aurait publié la déclaration de l’avocat Andrea Ferrari. Selon le Corriere della Sera, qui a qualifié la FIR de «fabrique italienne de fake news», cette organisation n’a pas d’adresse ni de numéro fiscal et son site internet a été enregistré il y a quatre mois en République tchèque.

    Lire aussi:

    Silvio Berlusconi fait son grand retour en politique
    Berlusconi révèle ce qui lui plaît le plus chez Trump
    Berlusconi offre à Poutine une housse de couette brodée à la main pour son anniversaire
    Tags:
    héritage, La Stampa, Corriere della Sera, Silvio Berlusconi, Italie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik