International
URL courte
12320
S'abonner

Le Président bulgare, qui rencontrera son homologue russe pour la première fois depuis dix ans, préconise la construction d’un gazoduc direct Russie-Bulgarie passant par la mer Noire.

La Bulgarie prône la construction d'un gazoduc la reliant directement à la Russie via la mer Noire, a déclaré dans une interview au quotidien russe Kommersant le Président bulgare Roumen Radev.

Selon M.Radev, qui doit bientôt rencontrer le dirigeant russe, «la Bulgarie a besoin de livraisons directes de gaz russe via la mer Noire». Il a proposé de baptiser le supposé gazoduc Bulgarian Stream.

«Une telle approche est imposée par le bon sens et les exigences de sécurité et d'efficacité énergétique, et non seulement pour la Bulgarie, mais aussi pour l'Union européenne en général», a-t-il ajouté.

De telles aspirations de Sofia «ne diffèrent en rien de l'intention de l'Allemagne de réaliser le projet Nord Stream 2», a souligné le Président.

En 2014, sous la pression de la direction de l'UE, le gouvernement bulgare avait arrêté la construction du gazoduc russe South Stream. En mai 2016, le conseiller du Président russe pour les Affaires internationales Iouri Ouchakov disait que le nouveau gazoduc russe passant par la mer Noire pourrait traverser le territoire bulgare.

Roumen Radev, en visite de deux jours en Russie, rencontrera lundi à Moscou le Premier ministre Dmitri Medvedev et le 22 mai à Sotchi le Président Vladimir Poutine. Il s'agit de la première rencontre des Présidents russe et bulgare en dix ans.

Lire aussi:

Voici quand la France pourrait faire face à une deuxième vague de Covid-19, selon des chercheurs
Ce qui arrive à une personne empoisonnée au Novitchok? Un concepteur répond
Au moins 25 morts dans le crash d’un avion de transport militaire An-26 en Ukraine - images
Des scientifiques désignent les «responsables» de la propagation de la pandémie de Covid-19
Tags:
gazoduc, gaz, South Stream, Bulgarian Stream (gazoduc), Roumen Radev, Bulgarie, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook