Ecoutez Radio Sputnik
    Frontière israélienne

    Tel Aviv accuse Damas d’avoir utilisé des missiles contre des avions israéliens

    © REUTERS / Ronen Zvulun
    International
    URL courte
    54474

    En réponse aux bombardements israéliens du 10 mai dernier contre des sites militaires en Syrie qu’Israël qualifie d’iraniens, les artilleurs sol-air syriens auraient tiré des missiles contre les bombardiers, a indiqué le commandant de l’armée israélienne.

    Les artilleurs sol-air syriens ont tiré plus de cent missiles contre les avions israéliens qui avaient bombardé, le 10 mai au matin, des sites militaires «iraniens» en Syrie, a déclaré le commandant des forces armées israéliennes Amikam Norkin.

    Selon lui, tous les avions engagés dans cette opération, la plus importante de l'histoire des opérations contre les forces iraniennes, sont retournés à leurs bases en toute sécurité. Ils ont également frappé des systèmes antimissiles qui essayaient de les atteindre, parmi lesquels des Pantsir et des Boucs de fabrication russe, dont la Syrie dispose depuis peu.

    «Au cours […] de l'attaque, plus de cent missiles sol-air ont été tirés contre nos avions», a indiqué M.Norkin lors d'une conférence à Herzliya, devant ses homologues de vingt pays.

    Les frappes aériennes auraient été une réponse à la tentative présumée de tirs de roquettes contre les positions israéliennes sur les hauteurs du Golan de la part des forces iraniennes déployées en Syrie. Selon Tel Aviv, les Iraniens auraient tiré 32 roquettes dont quatre auraient été interceptés tandis que les autres n'auraient pas atteint la frontière.

    Les Iraniens ont pour leur part déclaré que leurs militaires n'avaient pas attaqué le plateau du Golan.

    Lire aussi:

    Israël publie une vidéo de sa frappe contre un lance-roquettes iranien en Syrie
    La Défense russe donne des détails sur l'attaque aérienne en Syrie
    Alerte au tir de roquette sur le Golan
    Tags:
    attaque, missiles, bombardements, Amikam Norkin, Israël, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik