Ecoutez Radio Sputnik
    Des militaires US en Syrie

    Pour Damas, le «retrait» US vise à entraîner les pays arabes dans un conflit ouvert

    © AFP 2018 AHMAD AL-RUBAYE
    International
    URL courte
    9180

    L’annonce de la volonté des États-Unis de retirer leurs troupes de la Syrie vise à entraîner les pays arabes dans un conflit contre Damas, a déclaré le vice-ministre syrien des Affaires étrangères. Selon lui, Washington n’a pas de véritable intention de mettre fin à leur présence en Syrie.

    Les déclarations de Washington selon lesquelles les États-Unis ont l'intention de retirer leurs troupes de Syrie, en les remplaçant par des forces arabes, visent à entraîner les pays arabes dans un conflit direct avec Damas, en leur imposant des frais supplémentaires, a déclaré le vice-ministre syrien des Affaires étrangères Faisal al Mikdad dans une interview pour Sputnik. Selon lui, les États-Unis ne se retireront pas de Syrie.

    «Le but principal de ces déclarations est de drainer de l'argent des pays arabes, en les faisant payer plus au Trésor américain qui est peut-être vide, ainsi que de les entraîner dans un conflit direct avec le gouvernement syrien, ce qui est dangereux», a-t-il martelé.

    Le diplomate syrien estime que les pays arabes doivent s'écarter de ce conflit.

    «Nous réagirons à leur présence ainsi qu'à toute autre présence illégitime sur le sol syrien», a-t-il précisé.

    M.Mikdad estime que les pays arabes ayant annoncé leur intention d'envoyer leurs militaires en Syrie ne le feront pas puisqu'ils sont impliqués dans d'autres conflits dont celui au Yémen. Selon lui, ils doivent également régler d'abord leurs problèmes internes.

    En avril Donald Trump a déclaré qu'il voulait mettre fin à la présence de militaires américains en Syrie. Le chef de la diplomatie saoudienne Adel ben Ahmed al-Joubeir a ultérieurement indiqué que le Qatar devait envoyer ses troupes en Syrie afin de ne pas perdre le soutien militaire américain. Selon lui, si le Qatar renonçait à aider les États-Unis, le gouvernement de ce pays (le Qatar, ndlr) serait destitué en moins d'une semaine. Le ministère des Affaires étrangères du Qatar a qualifié ces propos de «décervelage de l'opinion publique».

    Depuis août 2014, les États-Unis et leurs alliés mènent une opération contre Daech* en Syrie et en Irak. Cette opération n'a pas eu l'approbation de Damas qui a à plusieurs reprises réitéré que la présence des militaires américains en Syrie était illégitime, en appelant Washington à retirer ses troupes.

    *Organisation terroriste interdite en Russie

    Lire aussi:

    Les forces militaires du Golfe réaliseront-elles les rêves de Trump en Syrie?
    Riyad intime à Doha de «payer» pour la protection US en déployant des troupes en Syrie
    Doha à Riyad : «Arrêtez de prendre l’opinion publique arabe pour une imbécile»
    Tags:
    conflit syrien, troupes, retrait, Faysal Mikdad, Qatar, Damas, Syrie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik