Ecoutez Radio Sputnik
    Dollars américains

    Dédollarisation des transactions pétrolières: la cause d’une possible guerre USA-Iran?

    © Sputnik . Natalia Seliverstova
    International
    URL courte
    37567

    Le souhait de l’Iran et des pays européens de remplacer le dollar par l’euro dans les transactions pétrolières peut pousser les Etats-Unis à déclarer la guerre à l’Iran, estime un expert interrogé par Sputnik. Selon lui, l’intervention américaine en Irak et le conflit libyen ont été déclenchés pour une seule et même raison.

    Alexander Azadgan, professeur et expert en géopolitique, interrogé par Sputnik, estime que l'idée d'utiliser l'euro pour payer le pétrole iranien peut servir de motif aux États-Unis pour déclarer la guerre à l'Iran, comme ce fut le cas en Irak et en Libye.

    «Il ne faut pas oublier que Saddam Hussein menaçait au début des années 2000 de vendre son pétrole en euro au lieu du dollar. La même idée avait été lancée par Mouammar Kadhafi concernant le dinar-or, monnaie commune africaine qu'il avait conçue», a-t-il précisé.

    M. Azadgabn a également commenté les dernières déclarations du secrétaire d'État américain Mike Pompeo qui avait promis lundi que son pays introduirait de sévères mesures financières en vue d'empêcher l'Iran de se doter de l'arme nucléaire.

    «Rien de ce que M. Pompeo a dit n'est surprenant […] Nous avions prévu cette image impérialiste vilaine qu'ils tentent toujours d'incarner et de projeter sur le reste du monde sans se rendre compte que ce modèle n'a jamais marché, en étant actuellement à bout de souffle», a-t-il précisé.

    Interrogé sur la réaction des alliés des Etats-Unis au rétablissement des sanctions contre l'Iran, l'expert a expliqué qu'il y aurait «une bataille de souveraineté» aux niveaux différents.

    «Désormais ils [les pays européens, ndlr] veulent poursuivre leur propre politique au niveau national souverain, en particulier l'Allemagne. Nous observons la montée de l'Allemagne et sa volonté de ne pas être un pays vassal de Washington», a-t-il ajouté.

    Selon lui, les sanctions américaines ne visent pas seulement l'Iran.

    «Les sanctions américaines ne sont pas en réalité contre l'Iran […] En principe, elles s'appliquent à n'importe quelle compagnie, qu'elle soit européenne, chinoise ou russe», a-t-il expliqué.

    Le 8 mai, le Président américain a annoncé sa décision de retirer les États-Unis de l'accord de Vienne sur le programme nucléaire iranien. Le Plan d'action global commun (PAGC) est un accord signé à Vienne, le 14 juillet 2015, par les huit parties suivantes: les pays du P5+1: les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies (États-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni) et l'Allemagne, ainsi que l'Union européenne et la République islamique d'Iran. Le locataire de la Maison-Blanche a également annoncé le rétablissement de toutes les sanctions levées suite à l'adoption de cet accord.

    Lire aussi:

    Les USA useraient du scénario irakien ou libyen si le pétrole iranien était payé en euros
    Laisser partir: un responsable iranien sur le sort des entreprises pétrolières étrangères
    Sanctions US contre l’Iran: la France confrontée à un choix difficile
    Tags:
    Plan global d'action conjoint (JCPOA), pétrole, sanctions, Saddam Hussein, Mouammar Kadhafi, Libye, Iran, Irak, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik