Ecoutez Radio Sputnik
    Mohammed ben Salmane

    Arabie saoudite et déstabilisation de l’Europe, un prince saoudien exilé trouve le lien

    © AP Photo / Etienne Oliveau/Pool
    International
    URL courte
    21482

    Khaled ben Farhan al Saoud, prince saoudien exilé en Allemagne et connu pour être un opposant au pouvoir en place, a accordé une interview à un média proche-oriental dans laquelle il met en garde contre la situation dans son pays d’origine. Il prétend être au courant des affaires intérieures de la famille royale alors qu’il en a été écarté en 2013.

    Ce prince saoudien partage régulièrement sa vision de la politique saoudienne alors qu'il est exilé en Allemagne depuis 5 ans. Khaled ben Farhan Al Saoud a cette fois accordé une interview exclusive au site d'actualités The Middle East Eye. Comme pour n'importe quel opposant, la situation dans son pays d'origine est pour lui une préoccupation constante, semble-t-il. 

    Le «volcan» de l'Arabie saoudite

    Ainsi le prince en fuite  prévient notamment les pays européens de ce qui se passe actuellement en Arabie saoudite.

    «Je voudrais dire aux Européens que la situation en Arabie saoudite ressemble à un volcan qui est sur le point d'entrer en éruption. Et si ce volcan entre en éruption, cela aura des répercussions non seulement sur l'Arabie saoudite ou sur la région arabe mais aussi pour vous», a-t-il déclaré.

    Il a expliqué que la déstabilisation de la situation était susceptible de se traduire par la transformation du pays en véritable centre du terrorisme international.

    «Si l'Arabie saoudite sombre dans le chaos étatique, il y aura le chaos global et [l'Arabie saoudite, ndlr] sera une source du terrorisme dans le monde entier, soutenant et alimentant le terrorisme international», a-t-il ajouté.

    Le prince exilé a également mis les États-Unis et les pays européens en garde contre l'effondrement de l'Arabie saoudite, dont ils «payeront le prix» et vers lequel, selon lui, son pays d'origine se dirige actuellement.

    Les arrestations auraient sapé la légitimité de Mohammed ben Salmane

    En commentant la campagne anti-corruption menée l'an dernier par le prince héritier, Khaled ben Farhan Al Saoud a qualifié les arrestations des membres de la famille royale de véritable «choc».

    «Il s'agit d'un choc pour l'ensemble de la famille puisque des personnalités de marque de la famille ont été détenues de manière humiliante», a-t-il déploré.

    Selon Khaled ben Farhan, ils ont été invités dans l'hôtel Carlton Ritz au prétexte de rencontrer le roi mais n'ont pas été autorisés à repartir et ont été placés sous surveillance. Les autorités saoudiennes n'ont pas commenté ces allégations.

    Une politique irrationnelle

    Khaled ben Farhan s'est également prononcé sur les réformes internes du prince Mohammed ben Salmane qui, selon lui, ont pour but d'augmenter sa popularité auprès des États-Unis et des pays européens.

    «Il ne l'a pas fait pour la population saoudienne, il l'a fait afin de gagner en popularité auprès des Américains et des pays européens», a-t-il martelé.

    Le prince exilé a minimisé la récente décision de Mohammed ben Salmane de permettre aux femmes de prendre le volant car c'est, selon lui, un droit essentiel et cette décision aurait dû être prise depuis longtemps.

    En 2013, Khaled ben Farhan Al Saoud avait annoncé sa défection de la famille royale saoudienne, en adhérant au Mouvement pour la réforme islamique en Arabie. Depuis ce moment il habite en Allemagne. Il a depuis accordé de nombreuses interviews aux médias en leur confiant ce qu'il présente comme un aperçu de la vie de la famille royale saoudienne.

    Les réformes de Mohammed ben Salmane sont d'ailleurs perçues dans le monde comme un progrès qui ont sorti l'Arabie saoudite de son état moyen-âgeux.

    Lire aussi:

    Le prince héritier d’Arabie saoudite opte pour un islam modéré «ouvert sur le monde»
    La vague de réformes se poursuit en Arabie saoudite
    Arabie saoudite: la guerre des rois, des princes et des émirs
    Tags:
    lutte contre la corruption, réformes, Mohammed Ben Salmane, Arabie Saoudite, Europe, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik