Ecoutez Radio Sputnik
    Luis Posada Carriles

    Comment était cet ex-agent de la CIA qui a touché à tous les malheurs de Cuba

    © AP Photo/ Alan Diaz
    International
    URL courte
    14317

    Ancien agent de la CIA et participant à l'opération de la baie des Cochons en 1961, Luis Posada Carriles est décédé dans la nuit de mardi à mercredi en Floride à l’âge de 90 ans sans avoir payé pour les crimes, dans lesquels il avait été impliqué. Sputnik s’en est entretenu avec l’historien cubain Elvis Rodriguez.

    Accusé de terrorisme par le Venezuela et Cuba, Luis Posada Carriles s'était volontairement engagé en 1961 dans l'opération 40, nom de code du débarquement à la baie des Cochons, fomenté par la CIA et dont l'objectif était de renverser le nouveau gouvernement révolutionnaire de Fidel Castro. Il a également été impliqué dans l'attentat contre le vol 455 de la compagnie Cubana Aviacion qui a fait 73 morts en 1976.

    Drapeaux de Cuba et des USA
    © AP Photo / Franklin Reyes, File

    «Nous avons appris qu'il était décédé, mais le peuple cubain ne ressent pas de répulsion et n'aspire pas à la vengeance. Nous savons comment il était, à qui il servait et quel était son objectif», a déclaré à Sputnik Elvis Rodriguez, de l'Institut de l'histoire de Cuba.

    Et d'expliquer que le peuple cubain aspirait toujours à la justice, mais à une justice juridique.

    «Le plus grave est qu'avec sa mort, il est resté impuni au regard de la loi, du tribunal. Jusqu'à la fin de ses jours, il s'est trouvé sous la protection de ceux qui l'avaient enrôlé», a regretté l'interlocuteur de l'agence.

    En 1997, une série d'explosions ont secoué La Havane et plus précisément ses sites touristiques, crimes dont la responsabilité revenait à Posada Carriles. Une personne a été tuée et quatre autres blessées. En outre, le tourisme cubain en a pâti. Le Miami Herald a publié les résultats de l'enquête qui témoignait de l'implication dans ces attentats d'un groupe de criminels salvadoriens et de Carriles.

    «C'est ainsi que l'impérialisme américain forme ses agents», a constaté l'historien cubain.

    Et de rappeler qu'en Amérique latine, le nom de Carriles était lié à une multitude de complots. Le Venezuela figurait parmi les pays qui réclamaient son extradition, mais les États-Unis affirmaient qu'il n'y avait pas suffisamment de preuves à charge contre lui.

    «Il a mis la main sur toutes les mauvaises choses qui sont arrivées aux Cubains. Aussi, est-il impardonnable qu'il n'ait pas payé pour ses crimes», a conclu M.Rodriguez.

    Luis Posada Carriles figurait parmi les exilés cubains anticastristes les plus notoires aux États-Unis. Tout au long de sa vie, il a été militaire, agent de la CIA et policier au Venezuela.

    Après l'armée américaine, en 1965, il est recruté par la CIA qui en fait un de ses instructeurs. En 1968, il quitte les États-Unis pour le Venezuela. Il travaille jusqu'en 1976 pour la DISIP, les renseignements vénézuéliens, en tant qu'agent double pour le compte des Américains.

    Lire aussi:

    Mort du randonneur français Simon Gautier: une enquête pour «homicide involontaire» en Italie
    Trois Françaises mineures auraient été offertes à Epstein par Brunel en «cadeau d'anniversaire»
    «Incroyable échange d’uppercuts»: la réunion Macron-Poutine vue par des personnalités françaises
    Tags:
    tribunal, justice, loi, crimes, complot, extradition, Miami Herald, CIA, Sputnik, Fidel Castro, Elvis Rodriguez, Luis Posada Carriles, Venezuela, États-Unis, La Havane, Cuba
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik