International
URL courte
4110
S'abonner

Human Rights Watch a demandé aux autorités ukrainiennes de lever les sanctions imposées contre les agences de presse Rossiya Segodnya et RIA Novosti Ukraine. Selon l’ONG, ces mesures vont à l’encontre des principes de la démocratie en Ukraine.

Les sanctions introduites contre les agences de presse Rossiya Segodnya et RIA Novosti Ukraine vont à l'encontre de la démocratie, a déclaré ce vendredi la directrice adjointe de la division Europe et Asie centrale de Human Rights Watch, Rachel Denber. Elle a ainsi demandé au gouvernement ukrainien de les lever.

«Les sanctions des autorités ukrainiennes à l'encontre des médias russes sont les maillons d'une chaîne qui limite le pluralisme des médias, la liberté d'expression et sape la démocratie en Ukraine», a notamment indiqué Mme Denber.

Ella a appelé Kiev à renoncer ainsi à ces mesures.

«Au lieu d'élargir les sanctions, le gouvernement doit les lever», a-t-elle résumé.

Les autorités ukrainiennes ont sanctionné le 24 mai les agences de presse Rossiya Segodnya et RIA Novosti Ukraine en bloquant l'accès à leurs sites internet, indique un document publié sur le site du Président ukrainien Piotr Porochenko.

Parmi les sites frappés par ces sanctions figurent notamment «rossiyasegodnya.rf», «sputniknews.com», «ria.ru», «rsport.ria.ru», «1prime.ru», «realty.ria.ru» et «rian.com.ua».

Lire aussi:

Plusieurs navires en proie aux flammes dans un port iranien - vidéos
La Russie teste un moteur électrique basé sur des technologies jamais utilisées
L’Armée de l’air d’un pays maghrébin classée première puissance en Afrique par Military Watch Magazine
«Je préfère que les gens crèvent de faim que de mourir du Covid-19», affirme le préfet d’une région algérienne - vidéo
Tags:
démocratie, sanctions, Human Rights Watch (HRW), Asie, Europe, Ukraine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook