Ecoutez Radio Sputnik
    S-400

    Projet américain de contrecarrer l’achat des S-400 par Ankara: Poutine réagit

    © Sputnik . Dmitry Vinogradov
    International
    URL courte
    311578

    Le congrès américain a approuvé le projet de loi sur le budget du Pentagone prévoyant une restriction des fournitures d'armements américains à la Turquie du fait qu'Ankara a acheté des systèmes antiaériens russes S-400. Selon Vladimir Poutine, les tentatives de Washington de faire ainsi pression sur la Turquie sont illégitimes.

    Vladimir Poutine a souligné l'illégitimité de la pression exercée par les États-Unis sur la Turquie sur la question de la fourniture de systèmes de missiles sol-air S-400.

    «La Turquie, en tant que membre de l'Otan, a décidé d'acquérir des S-400, le système le plus perfectionné et, je dirais sans exagération, le meilleur de sa catégorie. Et alors? Est-ce un crime?», a déclaré le Président russe.

    Et d'ajouter: «Quel pays a le droit de limiter l'initiative d'un pays indépendant pour acquérir des produits extrêmement sensibles en vue d'assurer sa propre sécurité lorsqu'il est prêt à l'acheter?».

    Le congrès américain a approuvé le projet de loi sur le budget du Pentagone pour l'année fiscale 2019. Ce document prévoit notamment une restriction des fournitures d'armements américains à la Turquie du fait qu'Ankara a acheté des systèmes antiaériens russes S-400.

    En septembre dernier, le Service fédéral russe pour la coopération militaire et technique (FSVTS) a annoncé que Moscou et Ankara avaient signé un accord sur la livraison de plusieurs systèmes S-400 à la Turquie. Début avril, à l'issue de négociations avec le Président turc, Vladimir Poutine a confirmé qu'il était prévu d'accélérer les livraisons des S-400 à Ankara.

    La Turquie achètera deux batteries dont elle assurera elle-même la maintenance. Elle s'est également entendue avec la Russie sur la coopération technologique en vue de la fabrication du système en Turquie.

    Les États-Unis et les représentants de l'Otan ont exprimé à plusieurs reprises leur mécontentement face à la décision d'Ankara.

    Recep Tayyip Erdogan avait déjà souligné que la Turquie ne renoncerait pas aux armements russes et «ne demandera pas l'autorisation à Washington» pour signer tels ou tels accords.

    Lire aussi:

    Erdogan aurait proposé à Poutine de produire en commun des S-500
    Les États-Unis privent la Turquie de leurs F-35 suite à l'achat de S-400 russes
    Livraisons des S-400 russes: Ankara n'accepte pas le langage des sanctions
    Tags:
    armements, S-400, Vladimir Poutine, Ankara, Turquie, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik