Ecoutez Radio Sputnik
    Une vue d'Ankara

    Manbij: la Turquie et les USA annoncent leur décision sur une feuille de route conjointe

    © Sputnik . Anton Denissov
    International
    URL courte
    12822

    Les États-Unis et la Turquie ont tenu des négociations à Ankara dans le cadre d'un groupe de travail visant à régler les différends entre les deux pays portant sur la présence de milices kurdes dans la ville syrienne de Manbij.

    Après des mois de désaccord entre les États-Unis et la Turquie, les deux alliés de l'Otan sont parvenus à un consensus concernant une feuille de route en vue de coopérer sur la sécurité à Manbij.

    «Les deux parties ont exposé les principaux contours d'une feuille de route pour favoriser leur future coopération en vue d'assurer la sécurité et la stabilité à Manbij», peut-on lire dans un communiqué conjoint.

    Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, et le nouveau secrétaire d'État américain, Mike Pompeo, «examineront les recommandations» du groupe de travail lors de leur réunion prévue pour le 4 juin, a indiqué le communiqué.

    Le groupe de travail sur la Syrie a été formé suite à une rencontre en février dernier entre Cavusoglu et l'ancien secrétaire d'État américain Rex Tillerson.

    Manbij est actuellement contrôlé par les milices kurdes soutenues par les États-Unis, les YPG, considérées par Ankara comme étant affiliées au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), désignée comme une organisation terroriste en Turquie.

    Au début du mois de mars, le chef de la diplomatie turque, Mevlut Cavusoglu, a annoncé qu'Ankara comptait mener une opération conjointe avec Bagdad contre le PKK après les élections législatives en Irak qui auront lieu en mai et qu'il en avait déjà discuté avec le Premier ministre irakien, Haïder al-Abadi.

    Le 20 janvier dernier, l'armée turque a lancé l'opération Rameau d'olivier sur le canton d'Afrine, une région syrienne contrôlée par les Unités de protection du peuple kurdes (YPG) qu'Ankara considère comme organisation terroriste.

    Damas a condamné les actions turques dans le canton d'Afrine, tout en soulignant que la région était une partie intégrante de la Syrie. Moscou a pour sa part appelé toutes les parties à faire preuve de retenue et à respecter l'intégrité territoriale de la Syrie.

    Moscou a souligné à plusieurs reprises que les États-Unis et la coalition agissaient en Syrie sans l'autorisation du Conseil de sécurité de l'Onu et du gouvernement du pays. Selon le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov, en implantant leurs bases militaires sur la rive gauche de l'Euphrate, les États-Unis cherchent à isoler la région du reste de la Syrie.

    Lire aussi:

    Ankara promet d'agir si les «terroristes» ne quittent pas la ville syrienne de Manbij
    Opération turque à Manbij: les USA s’engagent à riposter contre toute attaque
    Les USA et la Turquie adoptent une feuille de route sur la ville syrienne de Manbij
    Tags:
    Mevlut Cavusoglu, Manbij, Syrie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik