International
URL courte
9861
S'abonner

Le député russe Youri Chvytkine a commenté à RT l'article publié récemment par The National Interest affirmant que la ville de Kaliningrad «armée jusqu'aux dents» était «le pire cauchemar de l'Otan». Il a souligné que la Russie ne pouvait pas rester sans rien faire, «à regarder impassiblement ce qui se passe près de ses frontières».

Commentant l'article paru récemment dans The National Interest sur «le pire cauchemar de l'Otan», qui est la ville de Kaliningrad «armée jusqu'aux dents», Youri Chvytkine, vice-président de la commission de la défense et de la sécurité de la Douma (chambre basse du parlement russe), a fait remarquer dans une interview à RT que la concentration de systèmes de défense antimissile près de la frontière russe ne pouvait pas rester sans réaction.

«Nous défendons et nous défendrons nos frontières par tous les moyens. Nous partons du fait que le déploiement d'une arme ou d'une autre sur le territoire de la Russie est le droit de notre État, son droit à l'autodéfense», a-t-il indiqué.

Selon le député, les décisions de la Russie sont conformes aux normes du droit international et la protection de ses intérêts se fait dans le strict respect de ces règles. Il a rappelé dans ce contexte que Moscou ne fomentait pas de projets agressifs.

Toutefois, la Russie ne restera pas «à regarder impassiblement ce qui se passe près de ses frontières, notamment en direction de Kaliningrad», a-t-il ajouté.

Youri Chvytkine a noté que malgré l'absence de quelque menace que ce soit, les États-Unis pratiquent «une politique manifestement agressive», arguant de la défense de leurs alliés qui pourtant ne sont menacés par personne.

La ville de Kaliningrad «armée jusqu'aux dents» est «le pire cauchemar de l'Otan», avait écrit The National Interest. Selon le bimensuel, les forces des pays membres de l'Otan déployées dans la région ne sont pas capables de contrecarrer la flotte et les missiles russes pouvant attaquer les installations navales polonaises et celles des pays baltes. En plus des systèmes terrestres, la Russie dispose de missiles pouvant être installés sur les avions, ainsi que d'un contingent de la marine à Kaliningrad. Le média, qui rappelle également la présence dans la région de navires destinés à la lutte antinavire, anti-sous-marine, antisurface et antiaérienne, tire la conclusion qu'en cas de guerre dans la région de la mer Baltique, la Russie aura l'avantage sur les pays de l'Otan.

Lire aussi:

Un Boeing 737 se disloque lors de l'atterrissage en Inde, 20 morts et plus de 100 blessés - images
Le Président Aoun évoque l'hypothèse d'un «missile» ou d'une «bombe» dans la double explosion à Beyrouth
La plus forte augmentation de cas de Covid-19 en France en 24h depuis des mois
Tags:
missiles, missiles antinavires, lutte anti-sous-marine, défense antiaérienne, frontière, défense, flotte, sécurité, Douma d'État, chaîne de télévision russe RT, OTAN, Kaliningrad, mer Baltique, Moscou, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook