Ecoutez Radio Sputnik
    Carte du Proche-Orient

    L'Iran précise les délais de sa «présence consultative» en Syrie

    © Fotolia / Zerophoto
    International
    URL courte
    17382

    Téhéran promet que les conseillers iraniens ne quitteront la Syrie qu'après que son armée aura écrasé les groupes terroristes qui opèrent dans le pays.

    L'Iran maintiendra sa «présence consultative» sur le territoire syrien jusqu'à la victoire définitive sur le terrorisme dans le pays, a promis le secrétaire du Conseil suprême iranien de sécurité nationale Ali Shamkhani.

    «Tant que la menace terroriste existera en Syrie et que son gouvernement légitime aura besoin de la présence consultative iranienne, nous resterons en Syrie», a déclaré le responsable.

    Auparavant, le secrétaire d'État américain Mike Pompeo avait exhorté Téhéran à se retirer de Syrie ainsi qu'à cesser de s'ingérer dans les conflits de la région et de soutenir des groupes tels que le Hezbollah.

    Ali Chamkhani
    © AP Photo / Vahid Salemi
    Ali Chamkhani

    Dans le même temps, le chef de la diplomatie américaine a demandé à l'Iran d'arrêter ses programmes nucléaire et balistique. En réponse, M.Shamkhani a accusé les États-Unis d'avoir «de facto rompu» un accord international par sa sortie du traité sur le programme nucléaire iranien.

    «Il n'existe pas de raison logique pour négocier avec un pays qui ne respecte pas ses engagements», a souligné l'officiel iranien.

    Le 8 mai, le Président américain Donald Trump a annoncé qu'il désengageait son pays de l'accord nucléaire avec l'Iran signé par son prédécesseur Barack Obama. Le locataire de la Maison-Blanche a également déclaré rétablir des sanctions contre la République islamique.

    Lire aussi:

    Nucléaire iranien: comment Mike Pompeo compte faire plier Téhéran
    Netanyahu s’exprime sur la présence militaire iranienne en Syrie
    Netanyahu promet de contrer «l'agression de l'Iran en Syrie et partout ailleurs»
    Tags:
    lutte antiterroriste, programme nucléaire iranien, Hezbollah, Ali Shamkhani, Mike Pompeo, Iran, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik