International
URL courte
565
S'abonner

Frontex, l’agence européenne pour les frontières extérieures des États membres, devrait être active dans les pays de transit de migrants et pour ce faire les gardes-frontières européens devraient être déployés en Afrique, estime le chancelier autrichien Sebastian Kurz.

Selon Sebastian Kurz, pour mettre fin à l'immigration clandestine vers l'Europe, les effectifs de l'agence européenne pour la gestion de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures des États membres de de l'UE, Frontex, devraient être utilisés dans des pays d'Afrique.

«Un nouveau mandat politique devrait permettre à Frontex d'être actif dans les pays tiers avec l'accord de leurs gouvernements», a-t-il déclaré dans une interview accordée à l'hebdomadaire Welt am Sonntag et publiée ce dimanche 27 mai.

De l'avis de Sebastian Kurz, cette mesure permettrait de «mettre un terme au sale trafic de passeurs et d'éviter que les gens s'engagent dans un voyage périlleux à travers la Méditerranée à bord de bateaux».

Le chancelier de l'Autriche, le pays qui présidera le Conseil de l'Union européenne entre juillet et décembre 2018, a signalé qu'il soutenait, globalement, la proposition de la Commission européenne d'augmenter les effectifs de Frontex jusqu'à 10.000 hommes, mais que les délais impartis au recrutement de nouveaux personnels d'ici fin 2027 étaient trop longs.

«C'est trop tard, cela doit aller beaucoup plus vite si nous voulons éviter des pertes parmi les migrants clandestins dans l'avenir», a souligné Sebastian Kurz.

Lire aussi:

«Conte dit à une Europe morte d'aller se faire foutre», divorce à l'italienne entre Rome et l'UE?
Covid 19: un cardiologue camerounais met en garde contre le traitement du professeur Raoult
Édouard Philippe prolonge le confinement pour deux semaines
Tags:
passeurs de migrants, migrants, gardes-frontières, Frontex (agence européenne pour la surveillance des frontières), Sebastian Kurz, Méditerranée, Afrique, Autriche
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook