International
URL courte
10294
S'abonner

La chasse aux sorcières, provoquée par les spéculations sur la présumée ingérence de Moscou dans l'élection présidentielle aux États-Unis, a anéanti les vies d’Américains, qui souhaitaient servir leur pays, a déclaré Donald Trump.

Les spéculations et l'enquête sur la présumée ingérence russe dans la présidentielle aux États-Unis en 2016 ont détruit les vies de nombreux Américains, a dénoncé dimanche Donald Trump.

«Qui récupèrera les jeunes et belles vies, qui ont été dévastées et détruites par la fausse chasse aux sorcières autour d'une collusion avec la Russie? Ils sont venus à Washington, D.C. avec des étoiles dans les yeux, souhaitant aider notre nation… Ils sont rentrés chez eux en lambeaux», a-t-il écrit sur son compte Twitter.

L'enquête sur la présumée ingérence de Moscou dans l'élection présidentielle américaine de 2016 et les prétendus liens entre la campagne de Trump et la Russie est menée par le procureur spécial Robert Mueller et le Congrès américain. Auparavant, M.Mueller était arrivé à la conclusion qu'il n'y avait pas eu de collusion entre l'équipe électorale de Trump et le gouvernement russe.

La Russie a à plusieurs reprises démenti toute ingérence dans les affaires intérieures d'autres pays ainsi que toutes tentatives d'exercer une influence sur les processus électoraux. Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a qualifié ces allégations d'«absolument infondées».

Lire aussi:

Assaut du Capitole: «Donald Trump et ses supporters sont tombés dans un piège»
Le licenciement «secret» de Jérôme Salomon de l’Institut Pasteur en 2012 refait surface
La Chine présente un prototype de train à sustentation magnétique conçu pour rouler à 620 km/h – vidéos
Ces applications «dangereuses» à supprimer du smartphone, selon des spécialistes
Tags:
chasse aux sorcières, enquête, ingérence russe, ingérence, élection présidentielle, président, Dmitri Peskov, Robert Mueller, Donald Trump, Washington, Moscou, Russie, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook