Ecoutez Radio Sputnik
    Supporters de Liverpool à Kiev

    Échauffement dur des ultras «russes» avec des fans de Liverpool à Kiev avant le Mondial

    © REUTERS / Valentyn Ogirenko
    International
    URL courte
    La Main du Kremlin
    Mondial 2018 (185)
    15136

    Ils parlaient russe! Détective expérimenté, The Mirror, a vite compris qui sont les coupables dans l’attaque contre des fans de Liverpool à Kiev. La Main du Kremlin n’a pendant longtemps été impliquée dans rien. Certes, elle préparait quelque chose à l’approche du Mondial et s’est même déguisée en ultras de Kiev! Et ce n’est pas qu’un échauffement…

    Tandis que le Mondial approche, tout le monde s'échauffe, y compris des médias britanniques qui semblent affiner leur délicat mépris pour les supporters russes. Le journal britannique The Daily Mirror a de son côté fait la preuve de ses capacités sensationnelles d'investigation ou plutôt celles de dénicher la trace russe même là où elle ne peut pas exister.

    Récemment, un groupe de fans de Liverpool a été attaqué par des ultras lors d'un dîner dans la capitale ukrainienne, terrain plus que favorable pour rappeler le public des Mains ultras du Kremlin. Ainsi, le journal pose crûment la question dans le titre «Des ultras russes étaient-ils derrière l'attaque contre les fans de Liverpool à Kiev?»

    Oui, bonne question, vu que «les hommes russes en âge d'être appelés sous les drapeaux ne sont pas admis sur le territoire [ukrainien] par le service ukrainien des frontières», a pointé l'ambassade russe à Londres, et que «langue russe est la langue la plus répandue à Kiev». Petit point de rappel: le russe était la langue officielle de l'Union soviétique et a été ainsi utilisé comme langue de communication interethnique dans la République socialiste soviétique d'Ukraine.

    Pour suggérer une réponse affirmative aux lecteurs, on partage les astuces pour identifier les ultras «russes» à l'étranger et notamment en Ukraine. Ils portent des T-shirts «Tous contre nous, nous contre tous» et parlent russe plutôt qu'ukrainien. Le journal illustre l'article avec plusieurs images. Parmi les photos, un «Russe» en T-shirt du CSKA Kiev, club de football dissout en 2009, mais qui existe désormais comme club amateur fortement soutenu par les ultras… Ce détail important a-t-il échappé à The Daily Mirror?

    De même, sa maitrise de la langue russe semble nécessiter une certaine remise à niveau car les mots en cyrillique «CSKA Kiev» sur leurs T-shirts lui ont également échappés.

    La mission diplomatique russe à Londres s'est interrogée de son côté sur la motivation de la publication:

    «Ignorance ou diffusion délibérée de fausses nouvelles? The Daily Mirror a accusé des "Russes" parce qu'ils parlaient russe d'avoir attaqué des fans de Liverpool», a-t-on déclaré dans un communiqué.

    Finalement, The Daily Mirror capitule un peu et préfère être plus discret après ce titre retentissant, ajoutant que les «ultras russes» ne sont que «soupçonnés» d'être les auteurs de l'«assaut non provoqué» dont les fans britanniques ont été la cible. S'agissait-il d'une «attaque d'échauffement» en vue du Mondial?, s'interroge-t-on encore. Autre question dans ce contexte, n'est-ce pas l'une des premières attaques médiatiques contre la Russie durant la préparation de la Coupe du Monde?

    Néanmoins, des efforts tout à fait réels sont mis en œuvre pour démêler cette affaire liée à ces Russes imaginaires, un représentant de la Merseyside Police à Kiev a été chargé de travailler avec une équipe d'officiers de liaison pour établir à quelle bande appartenaient ces hooligans, «ainsi que leur nationalité», confie finalement le journal.

    Dossier:
    Mondial 2018 (185)

    Lire aussi:

    Rage et émotion, la mort d’un jeune supporter tunisien bouleverse le pays
    Mondial 2018: la Russie expulsera les hooligans violents
    Moscou: l'Ukraine n'est pas un pays civilisé si elle bloque l'accès à l'ambassade russe
    Tags:
    accusations, supporter, fans, football, attaque, hooligans, Mondial 2018, The Daily Mirror, CSKA Kiev, FC Liverpool, Royaume-Uni, Londres, Kiev, Russie, Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik