International
URL courte
234510
S'abonner

Un journal américain affirme que la Chine procède à des essais nucléaires cinq fois plus souvent que les États-Unis, ce qui augmenterait le risque d’un conflit ouvert.

La Chine commence à mettre au point des armes nucléaires de nouvelle génération et procède dans cette optique à des essais beaucoup plus souvent que les États-Unis, relate le journal américain The Hill.

Selon cette publication, la Chine effectue mensuellement jusqu'à cinq essais, alors que les États-Unis n'en organisent qu'un seul. Dans un nouveau rapport de l'Académie chinoise de génie physique, les scientifiques ont révélé que les chercheurs chinois avaient effectué 200 expériences de laboratoire entre septembre 2014 et décembre 2018. Contre près de 50 aux États-Unis sur la même période, précise The Hill.

Étant donné que la Chine, tout comme la Russie ou les États-Unis, cherche à élaborer des armes nucléaires de haute précision, le risque d'un conflit ouvert augmente considérablement, avertissent les experts.

Les États-Unis envisagent d'investir 1.200 milliards de dollars dans la modernisation de leur arsenal nucléaire, et en janvier dernier, le Pentagone a publié une revue de la politique nucléaire des États-Unis, en appelant à mettre au point des armes d'une plus haute précision afin de contenir la Chine et la Russie.

La semaine dernière, le Sénat américain a approuvé le budget de la mise au point d'une nouvelle ogive nucléaire. Le financement prévu se chiffrerait à 65 millions de dollars, selon The Hill.

En réponse, la Chine aurait menacé de publier son programme nucléaire, selon le journal chinois Global Times.

Lire aussi:

Macron a appelé Poutine pour discuter du vaccin russe contre le Covid-19 et de la Biélorussie
«Comportement de racailles»: deux maîtres-nageurs agressés et jetés dans une piscine de Melun
Trump explique ce qu’il considère comme «le plus gros problème dans le monde», la Russie impliquée
Tags:
armes nucléaires, Chine, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook