Ecoutez Radio Sputnik
    George Soros

    Soros soutiendrait la campagne en faveur d’un nouveau referendum sur le Brexit

    © AP Photo / Ferdinand Ostrop
    International
    URL courte
    16227

    Le financier américain George Soros a annoncé le lancement dans quelques jours d’une campagne du mouvement pro-UE Best for Britain pour un nouveau référendum sur le Brexit qu’il allait soutenir, selon The Independent.

    Le milliardaire américain George Soros a fait savoir que les partisans de l'intégration européenne faisant partie du mouvement Best for Britain, qu'il soutient, devraient engager le 8 juin prochain une campagne en faveur d'un nouveau référendum sur la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, a informé The Independent.

    «Le Brexit est un processus extrêmement destructeur, nuisible pour les deux côtés. Le divorce sera un processus long, qui prendra probablement plus de cinq ans. Cinq ans est une éternité en politique, surtout dans des temps révolutionnaires comme les nôtres», a déclaré le milliardaire cité par le média.

    Il prétend que la perspective d'un long divorce aidera à persuader les Britanniques qu'appartenir à la communauté européenne répond à leurs intérêts.

    «En fin de compte c'est aux Britanniques de décider ce qu'ils veulent. Il vaudrait mieux qu'ils prennent une décision le plus vite possible, ce qui est le but du mouvement Best for Britain que je soutiens», a ajouté le financier.

    Son soutien s'est déjà traduit par un financement à hauteur de 570.000 euros de l'organisation qui tente d'empêcher le Brexit à coup de manifestations et de campagne publicitaire nationale.

    Lire aussi:

    Soros ferait un autre don aux activistes anti-Brexit. Mission saper le Brexit à tout prix?
    Soros aurait investi plus de 500.000 USD dans l’abandon du Brexit
    «Ingérence russe» dans le Brexit: tout a été mis sur le dos de Sputnik et de RT
    Tags:
    soutien, référendum, Brexit, Best for Britain, George Soros, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik