Ecoutez Radio Sputnik
    Riyad

    Riyad s'acharne à la fois contre le harcèlement sexuel et les féministes

    © AP Photo / Markus Schreiber
    International
    URL courte
    122

    Le gouvernement saoudien a approuvé un projet de loi instaurant des peines allant jusqu'à cinq ans de prison et une amende de 300.000 rials pour harcèlement sexuel.

    Dans le sillage des réformes destinées à assurer l'émancipation des femmes dans le pays, l'Arabie saoudite se prépare à pénaliser le harcèlement sexuel.

    Selon l'agence de presse officielle Saudi Press Agency (SPA), cette mesure vise à «combattre le délit de harcèlement (…), à administrer un châtiment aux auteurs et à protéger les victimes afin de préserver leur vie privée, leur dignité et les libertés personnelles qui sont garanties par la loi islamique et par la législation».

    Alors que les autorités saoudiennes font preuve d'une ouverture inédite envers les femmes ces derniers mois, la répression à l'encontre des militantes féministes se poursuit toujours dans le royaume.

    La semaine dernière, l'ONG Amnesty International a annoncé qu'au moins dix personnes, dont sept femmes, avaient été arrêtées en Arabie saoudite pour avoir milité pour le droit des femmes à conduire une voiture et demandé la libération de la tutelle masculine.

    Par la suite, trois militantes ont été relâchées, dont la directrice de l'Hôpital général Al-Mana, Aisha al-Mana, âgée de 70 ans.

    Lire aussi:

    Prêcheur saoudien: les femmes elles-mêmes «sont la cause du harcèlement»
    Une amie de Meghan Markle pourrait être condamnée à 20 ans de prison en Arabie saoudite
    Harcèlement au travail: «elles se taisent et encaissent ou font la démarche de partir»
    Tags:
    harcèlement sexuel, féminisme, Amnesty International, Arabie Saoudite
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik